Chapitre III

Aller en bas

Chapitre III

Message par OraNN le Jeu 14 Sep - 15:57

Chapitre III


« Entrez, s’écria Bérel Sala ! »

Le chef des Ordonnateurs était installé derrière son bureau du Ministère de la Justice, occupé à lire les rapports de ses agents. Un homme entra, vêtu de vêtements de voyage. Il semblait avoir parcouru un long chemin.

« - Bonjour Galan, salua-t-il. Que ce passe-t-il pour que vous reveniez en si grande hâte ?
- Bonjour maître, répondit le voyageur. Je viens vous apporter des nouvelles extrêmement inquiétantes de la ville de Balmora.
- Dites-moi.

L’homme s’installa dans un des fauteuils, défit sa veste, puis entama son récit.

- Je reviens tout juste de la citée Hlaalu. J’ai voyagé toute la nuit pour que vous possédiez ces informations au plus tôt.

Il reprit son souffle :
- Sachez qu’un orage violent est venu recouvrir Balmora hier soir. C’était un orage soudain, très ténébreux… Je pense qu’il a été invoqué par une puissante magie… Car de la magie, j’en sentais la présence partout. L’air en était chargé. La guilde des mages l’a elle aussi sentie. Elle a convoqué un conseil qui devra se tenir d’ici quelques jours à Vivec. Je crains que cet évènement ne perturbe le calme des mages. Il faut en effet une puissance considérable pour convoquer les éléments de la sorte. Si le Temple ne réagit pas vite, il se pourrait qu’ils prennent des initiatives fâcheuses.

Il regarda si son maître le suivait puis, voyant qu’il écoutait attentivement, il reprit :

- L’incident est d’autant plus fâcheux que des morts-vivants ont pénétré dans la ville. Y étaient-ils déjà avant ? Je ne saurais le dire. Simplement, je peux affirmer qu’ils ne se sont manifestés qu’une fois l’orage installé au-dessus de la ville. Nous savons pourtant qu’il ne reste pas de nécromants dans cette région. La guilde des mages les a traqués jusqu’aux derniers… Encore une fois, c’est une chose étonnante et surtout très inquiétante.

Il s’arrêta un moment comme s’il réfléchissait à quelque chose qui lui avait échappé.

- Continuez Galan, ordonna Sala.
- Excusez-moi Sala, mais je songeais que le plus étonnant dans cette histoire, c’est que ces cadavres semblaient chercher quelque chose ou quelqu'un de bien précis. Ils ne se sont que peu attaqués aux habitants et ont disparu aussi soudainement qu’ils étaient arrivés.
- Avons-nous une piste quelconque à suivre pour éclaircir cette histoire ?
- J’ai été consulter le grand prêtre du temple de Balmora dès le lendemain… Il pense que ce nuage de magie provenait des Montagnes Rouges.
- Des Montagnes Rouges, s’exclama Bérel en se redressant !? Mais il n’y a plus âme qui vive là-bas depuis la grande guerre. Cette région a toujours été inapte à accueillir de nouvelles citées. Personne ne peut vivre là-bas ! Il n’y a rien dans ces montagnes. Il n’y a rien !»

Un lourd silence s’installa dans le bureau. Bérel s’était rassit et avait pris sa tête entre ses mains. Galan restait immobile. C’était un homme de confiance qui avait toujours travaillé avec Bérel Sala. Lorsque ce dernier était devenu chef des Ordonnateurs, il avait fait de Galan le chef de son réseau d’espions. C’était sans aucun doute l’homme en qui Bérel avait le plus confiance en ces temps où beaucoup cherchaient à lui prendre sa place au sein de la hiérarchie du Temple.
Galan regarda longuement son compagnon. Il était inquiet pour sa santé. Par ailleurs, depuis quelques temps, il sentait bien que Bérel était confronté à de grands doutes. Il ne partageait pas l’opinion selon laquelle il fallait pourchasser et détruire les dissidents. Il trouvait que ces tortures et massacres décrédibilisaient le Temple, comme si ce dernier craignait quelque chose… La protection des Trois divins ne suffisait-elle pas ?

Galan regarda à nouveau son compagnon et maître, puis se risqua à dire ce que tous deux craignaient d’entendre :

« - En fait, il y a quelque chose dans ces montagnes… [Bérel ne bougea pas] Il y a le cœur de Lorkhan…
- Je sais, dit enfin Bérel dans un soupir. Mais qui peut s’en servir si ce ne sont les Trois ?...
Un nouveau silence s’installa, puis Galan dit enfin :
- Dagoth Ur.


* * *




Tylis, Yanak, Jiub et l’inconnu avaient mené leurs chevaux au grand galop sur une assez longue distance. Yanak avait constaté que Tylis et l’inconnu semblaient se connaître. Il voyait en cet homme une explication quant aux flèches qui avaient retardées leurs poursuivants. Vers deux heures du matin, ils avaient fait halte et l’inconnu avait examiné la blessure de Jiub. Yanak n’avait posé aucune question. Après avoir provisoirement pansé la plaie, Il s’était éloigné du groupe. Yanak n’avait pas pu voir son visage qui était dissimulé par un capuchon. Tylis invita alors le dunmer à se reposer un peu et rejoignit l’étrange individu.

Ils parlèrent toute la nuit. Yanak perçu leurs murmures chaque fois qu’il se réveilla. Enfin, sur les coups de six heures, Tylis revint vers lui… Il était seul.

« - Salut bosmer.
- Bonjour Yanak.
- Dis-moi, où est passé le drôle de type qui était avec toi ?
- Il est reparti… Il avait quelque chose d’urgent à faire.
- Qui était-ce ?

Tylis sourit et regarda à l’horizon les premières lueurs du jour apparaître. Puis il soupira et dit :
- C’était un Exomer.
- Un quoi ? demanda le dunmer étonné.
- [Tylis eut un vague sourire puis il répondit, songeur] C’est un descendant de la race des serviteurs d’Indoril.

Comme Yanak ne semblait pas comprendre, Tylis soupira à nouveau comme contraint de dévoiler un secret.

- Il y a longtemps, lorsque les six maisons chimers furent unifiées, ce fut grâce au charisme et à la force de Nérévar, Grand Maître de la Maison des Indorils. Il fut aidé dans sa quête par la Dame Azura, ancienne divinité de ce monde. Mais bien avant ces heures de gloire, la Maison Indoril était déjà puissante et sage, et les autres maisons la respectaient… [Il réfléchit avant de poursuivre] Les Exomers ou elfes de l’exil, ont été nommés ainsi car ils arrivèrent à cette époque à Morrowind, chassés de leur propre pays par des perturbations climatiques étranges. Les Indorils furent les seuls à leur offrir l’hospitalité, et ils jurèrent en remerciement de servir pour toujours les seigneurs de cette maison. Au fur et à mesure des années, une amitié immense lia les deux peuples. Les Exomers servaient avec verve les intérêts de la maison et ses chefs. Les princes Indorils aimaient en retour les Exomers plus que leur propre famille.

- Qu’avaient-ils de si fantastique ces Exomers, coupa Yanak, les Indorils ne savaient-ils pas se débrouiller seuls ?

- Les Exomers sont en réalité de proches parents des bosmers. Ils leurs ressemblent d’ailleurs beaucoup. Mais ils ont surtout vécu la période des grands cataclysmes. Comme je te le disais, ils ont quitté leur terre en raison de fortes perturbations climatiques. Ces perturbations n’ont pas été sans effet sur ce peuple, elles ont entraîné des changements sur les nouveaux nés qui les ont ensuite transmis à leurs enfants. Les Exomers ont des pouvoirs surprenants ! Lorsque la Dame Azura fit de Nérévar le roi des chimers, elle confia, dans le secret, la mission aux Exomers de veiller sur son trône. Ils s’en acquittèrent parfaitement jusqu’à l’avènement des Tribuns. Tu connais l’histoire des Tribuns ?

- Oui, répondit Yanak, à peu près. Je ne suis pas un grand religieux, mais je crois que trois conseillers chimers de Nérévar, Almalexia, Vivec et Sotha Sil, prirent possession, à la fin de la guerre ayant opposé leur peuple (peuple ancestral des dunmers) aux dwemers (peuple désormais disparu des nains), d’un artefact divin. Ils s’en servirent pour éliminer Nérévar et devenir des dieux vivants. Ils usurpèrent ainsi la place des anciens dieux à la plus grande colère de ces derniers.

- Lorsque ceci se produisit, reprit Tylis, Azura proclama une malédiction sur le peuple des chimers qu’elle avait toujours protégé. Leur peau devint sombre et leurs yeux rouges. On les appela dès lors les elfes noirs ou dunmers.

- Je sais, coupa Yanak, j’en suis un tout comme Jiub, mais ce sont les Exomers qui m’intéressent.

- Peu après la malédiction, reprit Tylis, Azura apparut aux chefs des Exomers et leur confia la lourde tâche de la servir en attendant que son élu, Nérévar, revienne venger sa mort et rétablir le règne des anciens dieux. Depuis, les Exomers agissent dans l’ombre à tel point que tout le monde a oublié qu’ils ont existé. Tous sont des rôdeurs, extrêmement puissants et efficaces. Ils vivent souvent en solitaire, traquant nombre d’ennemis des dunmers, soutenant le mouvement dissident à son insu, luttant contre le Tribunal (le pacte des Tribuns) et contre son serviteur le Temple. Mais depuis peu, une nouvelle menace émerge dans Vvardenfell, et l’Ordre des rôdeurs d’Indoril s’inquiète. C’est pour cela que nous avons croisé l’un des leurs et qu’il est venu à notre aide lorsque nous luttions contre ces zombies.

- Alors, interrompit Yanak, la foudre tombée sur les morts-vivants hier soir c’était lui ?
- Oui, répondit Tylis, et c’est lui qui m’a aussi contacté pour me dire de le rejoindre lorsque nous étions poursuivis par les gardes de Balmora.
- Comment a-t-il fait, s’étonna Yaanak ?
- Les Exomers peuvent communiquer entre eux par la pensée. Ça se manifeste par une illumination de leurs pupilles… Leurs yeux brillent d’une couleur étrange…. »

Tylis s’arrêta en voyant son compagnon le fixer de façon insistante. Un court silence s’établit avant qu’une voix faible le brise : « - Tu es l’un des leurs… N’est-ce pas Tylis ? » Jiub était encore allongé, les yeux ouverts, et il fixait le ciel. Il avait vraisemblablement suivi toute la discussion. Il fit un effort pour se tourner vers ses deux compagnons de route et sourit.

« - Oui, répondit Tylis en lui rendant son sourire. Je suis l’un des leurs…
- Ca alors, s’exclama Yanak ! Voilà ton petit secret ! Pourquoi ne pas nous l’avoir dit avant ?
- On ne le dit jamais, reprit Tylis. Mais je me devais de vous donner quelques explications.
- Pourquoi ça ? demanda Jiub en se redressant douloureusement.
- Parce que j’étais la cible de l’attaque d’hier soir et que je vous ai collé dans le pétrin. Désormais, les forces de l’ordre et les morts-vivants vous traqueront partout car ils vous ont vu avec moi.
- Je ne vois pas pourquoi tu serais recherché, répliqua Jiub, tu sors tout juste du bagne tout comme nous. Nous avons tout les trois purgé notre peine !
- Non Jiub. Les gardes nous traquerons car ils croient que nous sommes des nécromants. Les morts vous traqueront parce qu’ils vous ont vu combattre auprès d’un serviteur d’Indoril.
- Qui, à part nous, sait que tu es un Exomer, demanda Yanak ?
- C’est justement la question que se posent les Exomers. Un grand rassemblement va avoir lieu. Ce qui reste de mon peuple va se réunir à son grand complet pour parer à cette nouvelle menace. [Il ajouta songeur] D’autres raisons nous poussent à convoquer ce conseil, mais il me faut les garder secrètes. [Puis sortant de ses pensées] J’en ai longuement parlé cette nuit avec Oranis.
- De quoi a-tu parlé exactement avec Oranis ? interrogea Yanak inquiet.
- Nous pensons que la meilleure solution pour vous est que je vous mène chez nous, dans notre ville. Elle est cachée et nul n’en connaît l’entrée si ce n’est un Exomer. Une fois là-bas en sécurité, nous pourrons parler de ce qu’il convient de faire pour vous.
- C’est un enlèvement, demanda Jiub ?
- Non, répondit Tylis en riant. C’est un honneur : vous serez les premiers étrangers à pénétrer dans cette cité. J’ai assuré à Oranis que j’avais toute confiance en vous.
- Tu nous en vois flattés, répliqua Yanak en se redressant de toute sa hauteur. Personnellement, je n’ai rien d’autre à faire qu’à te suivre. Cette histoire d’Exomers, de ville cachée et de revanche des dieux m’intéresse beaucoup.
- Une vraie légende à dormir debout, reprit Jiub en essayant de se relever. Mais il grimaça de douleur et se raidit.
- Pour toi dormir n’est pas un problème, ironisa Yanak, c’est d’être debout qui est plus complexe.
- Comment te sens-tu Jiub, demanda Tylis ?
- Mon flan me fait un mal de chien. Mais je pense que je ne vais pas trop mal, répondit-il avec un sourire forcé. Je crois que je n’ai pas le choix, il va falloir que je vous suive.
- Alors en route, s’exclama Tylis ! ça fait longtemps que je ne suis pas rentré à la maison, et il me tarde d’y être ! »

Sur ce, il aida Jiub à se remettre debout et le hissa avec Yanak sur l’une des montures. Puis il enfourcha celle que Oranis lui avait laissée et la talonna. Les trois compagnons de fortune prirent alors la direction de Suran.

« - Au fait, s’exclama Jiub avec sérieux, c’est qui va falloir penser à bouffer ! C’est pas tout ça des grandes histoires, mais moi j’ai faim !
- Moi aussi, grogna Yanak. Alors ferme là ! On s’arrêtera dès qu’on peut. »

Tylis éclata de rire et ils poussèrent leurs montures au galop. La matinée était fraîche, mais elle promettait une belle journée. Cependant, au Nord, on pouvait observer que de gros nuages noirs recouvraient une zone désertique, celle des montagnes rouges.


* * *

_________________
avatar
OraNN
Admin

Nombre de messages : 1808
Age : 33
Localisation : Un peu partout dans l'Archipel !
Date d'inscription : 16/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://pertevue.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chapitre III

Message par tiaremoana le Ven 15 Sep - 15:31

correction :

Chapitre III


« Entrez, s’écria Bérel Sala ! »

Le chef des Ordonnateurs était installé derrière son bureau du Ministère de la Justice, occupé à lire les rapports de ses agents. Un homme entra, vêtu de vêtements de voyage. Il semblait avoir parcouru un long chemin.

« - Bonjour Galan, salua-t-il. Que ce passe-t-il pour que vous reveniez en si grande hâte ?
- Bonjour maître, répondit le voyageur. Je viens vous apporter des nouvelles extrêmement inquiétantes de la ville de Balmora.
- Dites-moi.

L’homme s’installa dans un des fauteuils, défit sa veste, puis entama son récit.

- Je reviens tout juste de la citée Hlaalu. J’ai voyagé toute la nuit pour que vous possédiez ces informations au plus tôt.

Il reprit son souffle :
- Sachez qu’un orage violent est venu recouvrir Balmora hier soir. C’était un orage soudain, très ténébreux… Je pense qu’il a été invoqué par une puissante magie… Car de la magie, j’en sentais la présence partout. L’air en était chargé. La guilde des mages l’a elle aussi sentie. Elle a convoqué un conseil qui devra se tenir d’ici quelques jours à Vivec. Je crains que cet évènement ne perturbe le calme des mages. Il faut en effet une puissance considérable pour convoquer les éléments de la sorte. Si le Temple ne réagit pas vite, il se pourrait qu’ils prennent des initiatives fâcheuses.

Il regarda si son maître le suivait puis, voyant qu’il écoutait attentivement, il reprit :

- L’incident est d’autant plus fâcheux que des morts-vivants ont pénétré dans la ville. Y étaient-ils déjà avant ? Je ne saurais le dire. Simplement, je peux affirmer qu’ils ne se sont manifestés qu’une fois l’orage installé au-dessus de la ville. Nous savons pourtant qu’il ne reste pas de nécromants dans cette région. La guilde des mages les a traqués jusqu’aux derniers… Encore une fois, c’est une chose étonnante et surtout très inquiétante.

Il s’arrêta un moment comme s’il réfléchissait à quelque chose qui lui avait échappé.

- Continuez Galan, ordonna Sala.
- Excusez-moi Sala, mais je songeais que le plus étonnant dans cette histoire, c’est que ces cadavres semblaient chercher quelque chose ou quelqu'un de bien précis. Ils ne se sont que peu attaqués aux habitants et ont disparu aussi soudainement qu’ils étaient arrivés.
- Avons-nous une piste quelconque à suivre pour éclaircir cette histoire ?
- J’ai été consulter le grand prêtre du temple de Balmora dès le lendemain… Il pense que ce nuage de magie provenait des Montagnes Rouges.
- Des Montagnes Rouges, s’exclama Bérel en se redressant !? Mais il n’y a plus âme qui vive là-bas depuis la grande guerre. Cette région a toujours été inapte à accueillir de nouvelles citées. Personne ne peut vivre là-bas ! Il n’y a rien dans ces montagnes. Il n’y a rien !»

Un lourd silence s’installa dans le bureau. Bérel s’était rassit et avait pris sa tête entre ses mains. Galan restait immobile. C’était un homme de confiance qui avait toujours travaillé avec Bérel Sala. Lorsque ce dernier était devenu chef des Ordonnateurs, il avait fait de Galan le chef de son réseau d’espions. C’était sans aucun doute l’homme en qui Bérel avait le plus confiance en ces temps où beaucoup cherchaient à lui prendre sa place au sein de la hiérarchie du Temple.
Galan regarda longuement son compagnon. Il était inquiet pour sa santé. Par ailleurs, depuis quelques temps, il sentait bien que Bérel était confronté à de grands doutes. Il ne partageait pas l’opinion selon laquelle il fallait pourchasser et détruire les dissidents. Il trouvait que ces tortures et massacres décrédibilisaient le Temple, comme si ce dernier craignait quelque chose… La protection des Trois divins ne suffisait-elle pas ?

Galan regarda à nouveau son compagnon et maître, puis se risqua à dire ce que tous deux craignaient d’entendre :

« - En fait, il y a quelque chose dans ces montagnes… [Bérel ne bougea pas] Il y a le cœur de Lorkhan…
- Je sais, dit enfin Bérel dans un soupir. Mais qui peut s’en servir si ce ne sont les Trois ?...
Un nouveau silence s’installa, puis Galan dit enfin :
- Dagoth Ur.


* * *




Tylis, Yanak, Jiub et l’inconnu avaient mené leurs chevaux au grand galop sur une assez longue distance. Yanak avait constaté que Tylis et l’inconnu semblaient se connaître. Il voyait en cet homme une explication quant aux flèches qui avaient retardé leurs poursuivants. Vers deux heures du matin, ils avaient fait halte et l’inconnu avait examiné la blessure de Jiub. Yanak n’avait posé aucune question. Après avoir provisoirement pansé la plaie, Il s’était éloigné du groupe. Yanak n’avait pas pu voir son visage qui était dissimulé par un capuchon. Tylis invita alors le dunmer à se reposer un peu et rejoignit l’étrange individu.

Ils parlèrent toute la nuit. Yanak perçu leurs murmures chaque fois qu’il se réveilla. Enfin, sur les coups de six heures, Tylis revint vers lui… Il était seul.

« - Salut bosmer.
- Bonjour Yanak.
- Dis-moi, où est passé le drôle de type qui était avec toi ?
- Il est reparti… Il avait quelque chose d’urgent à faire.
- Qui était-ce ?

Tylis sourit et regarda à l’horizon les premières lueurs du jour apparaître. Puis il soupira et dit :
- C’était un Exomer.
- Un quoi ? demanda le dunmer étonné.
- [Tylis eut un vague sourire puis il répondit, songeur] C’est un descendant de la race des serviteurs d’Indoril.

Comme Yanak ne semblait pas comprendre, Tylis soupira à nouveau comme contraint de dévoiler un secret.

- Il y a longtemps, lorsque les six maisons chimers furent unifiées, ce fut grâce au charisme et à la force de Nérévar, Grand Maître de la Maison des Indorils. Il fut aidé dans sa quête par la Dame Azura, ancienne divinité de ce monde. Mais bien avant ces heures de gloire, la Maison Indoril était déjà puissante et sage, et les autres maisons la respectaient… [Il réfléchit avant de poursuivre] Les Exomers ou elfes de l’exil, ont été nommés ainsi car ils arrivèrent à cette époque à Morrowind, chassés de leur propre pays par des perturbations climatiques étranges. Les Indorils furent les seuls à leur offrir l’hospitalité, et ils jurèrent en remerciement de servir pour toujours les seigneurs de cette maison. Au fur et à mesure des années, une amitié immense lia les deux peuples. Les Exomers servaient avec verve les intérêts de la maison et ses chefs. Les princes Indorils aimaient en retour les Exomers plus que leur propre famille.

- Qu’avaient-ils de si fantastique ces Exomers, coupa Yanak, les Indorils ne savaient-ils pas se débrouiller seuls ?

- Les Exomers sont en réalité de proches parents des bosmers. Ils leurs ressemblent d’ailleurs beaucoup. Mais ils ont surtout vécu la période des grands cataclysmes. Comme je te le disais, ils ont quitté leur terre en raison de fortes perturbations climatiques. Ces perturbations n’ont pas été sans effet sur ce peuple, elles ont entraîné des changements sur les nouveaux nés qui les ont ensuite transmis à leurs enfants. Les Exomers ont des pouvoirs surprenants ! Lorsque la Dame Azura fit de Nérévar le roi des chimers, elle confia, dans le secret, la mission aux Exomers de veiller sur son trône. Ils s’en acquittèrent parfaitement jusqu’à l’avènement des Tribuns. Tu connais l’histoire des Tribuns ?

- Oui, répondit Yanak, à peu près. Je ne suis pas un grand religieux, mais je crois que trois conseillers chimers de Nérévar, Almalexia, Vivec et Sotha Sil, prirent possession, à la fin de la guerre ayant opposé leur peuple (peuple ancestral des dunmers) aux dwemers (peuple désormais disparu des nains), d’un artefact divin. Ils s’en servirent pour éliminer Nérévar et devenir des dieux vivants. Ils usurpèrent ainsi la place des anciens dieux à la plus grande colère de ces derniers.

- Lorsque ceci se produisit, reprit Tylis, Azura proclama une malédiction sur le peuple des chimers qu’elle avait toujours protégé. Leur peau devint sombre et leurs yeux rouges. On les appela dès lors les elfes noirs ou dunmers.

- Je sais, coupa Yanak, j’en suis un tout comme Jiub, mais ce sont les Exomers qui m’intéressent.

- Peu après la malédiction, reprit Tylis, Azura apparut aux chefs des Exomers et leur confia la lourde tâche de la servir en attendant que son élu, Nérévar, revienne venger sa mort et rétablir le règne des anciens dieux. Depuis, les Exomers agissent dans l’ombre à tel point que tout le monde a oublié qu’ils ont existé. Tous sont des rôdeurs, extrêmement puissants et efficaces. Ils vivent souvent en solitaire, traquant nombre d’ennemis des dunmers, soutenant le mouvement dissident à son insu, luttant contre le Tribunal (le pacte des Tribuns) et contre son serviteur le Temple. Mais depuis peu, une nouvelle menace émerge dans Vvardenfell, et l’Ordre des rôdeurs d’Indoril s’inquiète. C’est pour cela que nous avons croisé l’un des leurs et qu’il est venu à notre aide lorsque nous luttions contre ces zombies.

- Alors, interrompit Yanak, la foudre tombée sur les morts-vivants hier soir c’était lui ?
- Oui, répondit Tylis, et c’est lui qui m’a aussi contacté pour me dire de le rejoindre lorsque nous étions poursuivis par les gardes de Balmora.
- Comment a-t-il fait, s’étonna Yaanak ?
- Les Exomers peuvent communiquer entre eux par la pensée. Ça se manifeste par une illumination de leurs pupilles… Leurs yeux brillent d’une couleur étrange…. »

Tylis s’arrêta en voyant son compagnon le fixer de façon insistante. Un court silence s’établit avant qu’une voix faible le brise : « - Tu es l’un des leurs… N’est-ce pas Tylis ? » Jiub était encore allongé, les yeux ouverts, et il fixait le ciel. Il avait vraisemblablement suivi toute la discussion. Il fit un effort pour se tourner vers ses deux compagnons de route et sourit.

« - Oui, répondit Tylis en lui rendant son sourire. Je suis l’un des leurs…
- Ca alors, s’exclama Yanak ! Voilà ton petit secret ! Pourquoi ne pas nous l’avoir dit avant ?
- On ne le dit jamais, reprit Tylis. Mais je me devais de vous donner quelques explications.
- Pourquoi ça ? demanda Jiub en se redressant douloureusement.
- Parce que j’étais la cible de l’attaque d’hier soir et que je vous ai collé dans le pétrin. Désormais, les forces de l’ordre et les morts-vivants vous traqueront partout car ils vous ont vu avec moi.
- Je ne vois pas pourquoi tu serais recherché, répliqua Jiub, tu sors tout juste du bagne tout comme nous. Nous avons tout les trois purgé notre peine !
- Non Jiub. Les gardes nous traquerons car ils croient que nous sommes des nécromants. Les morts vous traqueront parce qu’ils vous ont vu combattre auprès d’un serviteur d’Indoril.
- Qui, à part nous, sait que tu es un Exomer, demanda Yanak ?
- C’est justement la question que se posent les Exomers. Un grand rassemblement va avoir lieu. Ce qui reste de mon peuple va se réunir au grand complet pour parer à cette nouvelle menace. [Il ajouta songeur] D’autres raisons nous poussent à convoquer ce conseil, mais il me faut les garder secrètes. [Puis sortant de ses pensées] J’en ai longuement parlé cette nuit avec Oranis.
- De quoi a-tu parlé exactement avec Oranis ? interrogea Yanak inquiet.
- Nous pensons que la meilleure solution pour vous est que je vous mène chez nous, dans notre ville. Elle est cachée et nul n’en connaît l’entrée si ce n’est un Exomer. Une fois là-bas en sécurité, nous pourrons parler de ce qu’il convient de faire pour vous.
- C’est un enlèvement, demanda Jiub ?
- Non, répondit Tylis en riant. C’est un honneur : vous serez les premiers étrangers à pénétrer dans cette cité. J’ai assuré à Oranis que j’avais toute confiance en vous.
- Tu nous en vois flattés, répliqua Yanak en se redressant de toute sa hauteur. Personnellement, je n’ai rien d’autre à faire qu’à te suivre. Cette histoire d’Exomers, de ville cachée et de revanche des dieux m’intéresse beaucoup.
- Une vraie légende à dormir debout, reprit Jiub en essayant de se relever. Mais il grimaça de douleur et se raidit.
- Pour toi dormir n’est pas un problème, ironisa Yanak, c’est d’être debout qui est plus complexe.
- Comment te sens-tu Jiub, demanda Tylis ?
- Mon flan me fait un mal de chien. Mais je pense que je ne vais pas trop mal, répondit-il avec un sourire forcé. Je crois que je n’ai pas le choix, il va falloir que je vous suive.
- Alors en route, s’exclama Tylis ! ça fait longtemps que je ne suis pas rentré à la maison, et il me tarde d’y être ! »

Sur ce, il aida Jiub à se remettre debout et le hissa avec Yanak sur l’une des montures. Puis il enfourcha celle que Oranis lui avait laissée et la talonna. Les trois compagnons de fortune prirent alors la direction de Suran.

« - Au fait, s’exclama Jiub avec sérieux, c’est qui va falloir penser à bouffer ! C’est pas tout ça des grandes histoires, mais moi j’ai faim !
- Moi aussi, grogna Yanak. Alors ferme là ! On s’arrêtera dès qu’on le pourra. »

Tylis éclata de rire et ils poussèrent leurs montures au galop. La matinée était fraîche, mais elle promettait une belle journée. Cependant, au Nord, on pouvait observer que de gros nuages noirs recouvraient une zone désertique, celle des montagnes rouges.


* * *
avatar
tiaremoana

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum