[Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome VI

Aller en bas

[Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome VI

Message par OraNN le Mer 21 Juin - 8:54

Tome VI: La tour du mage

Le jour ou nous debarquions sur l'ile principale de l'Archipel de l'Automne, nous ne nous doutions pas des tourments que nous allions vivre.

Ce jour la, ou plutot ce soir la, le soleil se couchait a l'Ouest des terres des aldmers et donnait une couleur orangee aux nuages dans le ciel. Ces terres etaient d'une beaute exeptionnelle. Relativement plate a la sortie de la ville de Crépuscule, au Sud de l'ile principale, la plaine etait recouvert d'herbre seche qui semblait jaunatre. De nombreuses roches de petite taille recouvraient le sol partout autour de nous. A moins d'une lieue, une tour pour le moins haute avait ete eriger au milieux de nul part, en plein milieu de la plaine. Puisque nous venions de sortir de Crépuscule et que nous n'avions pas de but precis, a part peut etre celui de rencontrer de grands mages pour le plus grand bonheur d'Assithaniel et de Kehar, nous decidames d'aller en direction du seul point dans cette plaine qui eveille notre curiosite, cette grande tour solitaire.

La tour etait en fait penchee vers le Nord et bien qu'inclinee, son toit plat etait parallele au sol, a croire qu'elle avait ete construite ainsi. Elle etait faite d'une bien etrange pierre blanche qui brillee et renvoyee la lumiere du soleil dans toutes les directions. Des colonades tordues entouraient le batiment, je ne sais si cela etait purement decoratif ou si cela servait reelement de support de soutein a l'edifice tellement ces piliers semblaient fins et curiosement disposes autour de l'edifice. Entre les colones, aucunes ouvertures sur l'exterieur ne se faisaient voir, a croire qu'il n'y en avaient pas et que ces habitants, quelqu'il soit n'avait pas besoin de lumiere.

Arrive au pied de la tour, nous vimes une inscription sur l'enorme porte de cette derniere.
"Entrez sans raisons, sortez sans remords."

Bien etranges inscriptions! Que voulez-t-elles dire? Qui avait-il dans cette curieuse tour?

Kehar nous suggéra qu'il serait bon de ne pas entrer dans cette singuliere tour.
Il est vrai qu'elle nous semblait a tous extremenent bizzare mais nous ne pumes renomcer a entrer, le desir de savoir etait plus grand que la raison qui aurait du nous pousser a ne pas s'introduire dedans.

Et quand nous poussames la porte, soit dit en passant, etonnament aisemant en comparaison a la taille de cette derniere, Kehar nous suiva dans la gigantesque entree du batiment.

Celle-ci etait sombre. Quand la porte se referma derriere nous, apres quelques pas, nous fumes plonge dans le noir le plus total.

Une fois nos torches recuperees et allumees, nous fures surpris de nous appercevoir que nous etions dans une toute petite piece avec une unique porte. Ce n'etait pas du tout ce que nous avions vu la derniere fois que la piece fut eclairee, quand la lumiere du soleil nous permettait de voir encore l'interieur de l'entree de la tour.

Puisqu'il n'y avait qu'une seule porte dans cette toute petite piece, nous decidames de l'empreinter.

La porte donne sur une rue en plein coeur de Cyrodiil. Comment pouvait-on en l'espace d'un instant seulement nous retrouves dans la capitale de l'Empire alors que quelques secondes auparavent nous etions non-loin de Crepuscule, sur l'Archipel de l'Automne? C'est la premiere question que je me posa lorsque je parcouru quelques metres dans cette rue. Je regardais les moindres details avec cet air d'etonnement que je pris apres avoir passer la porte.

Je reconnaisais bien la ville ou j'ai passer toute mon enfance. Bien que la rue ne me soit pas familliere, on pouvait voir sur les hauteurs quelques palais fort reconaissables du paysage urbain de la cite. A priori, nous etions dans les bas-quartiers. L'odeur, forte et desagreable, me suggerais que nous n'etions pas loin des egouts a ciel ouvert, dans le Sud-Est de la ville. Comme me souffla Arnel, je demanda a un citadin de nous dire le lieu exact. Celui a qui je posa la question me repondit que nous nous trouvions effectivement dans les bas-quartiers de Cyrodiil, puis me regarda d'un air louche.

Kehar affirma que cela n'etait pas possible de voyager d'autant de lieue en si peu de temps, et que meme les plus grands mages ne l'ont jamais fait. Il se posait lui meme des quetions. Avait-il les reponces? J'en doute guere. Malgres tout, une intuition lui vient: "Et si nous etions encore dans l'entree de la tour?".

Et, alors que nous etions en plein jour, Kehar alluma l'une de ces torches a la maniere si particuliere d'un magicien, c'est a dire a l'aide d'une incantation de base. Il tendit celle-ci devant lui et dans le halo de la flamme, nous vimes la piece de l'entree de la tour. Kehar nous regarda tous et fit calmement: "C'est bien se que je pensais.". Il passa la torche a Assithaniel pour ensuite faire l'un de ces sorts. Sortant quelques mots d'une langues qui m'etais inconnue, alors qu'avec mon education j'en connaissais pres de six, Kehar gesticula comme pour accompagner son sortillege afin qu'il soit resolu.
Une sorte de sphere de lumiere blanchatre sortit de Kehar est, comme l'halo de la torche, revela la piece.

Nous etions a nouveau dans cette salle de l'entree de la tour. A nouveau?! Pas vraiment en fait puisque nous ne l'avions jamais quittee.
Maintenant eclairee grace a Kehar, l'immence salle etait somme toute assez peu decoree et relativement vide. La superbe mosaique sur le dalage etait presque le seul ornement de la piece. Elle representait le visage d'une femme, brune aux yeux noirs; elle paraisait si terrifiante et pourtant si belle. Les carreaux etaient si fin que l'on pouvait voir la plupart des details de sa physionomie, voir meme je dirais de son caractere et de sa personnalite.
Sur le mur face a la porte d'entree, un passage vers le reste du batiement.

Nous nous dirigames donc vers cette nouvelle ouverture, n'oubliant pas la derniere fois que nous eumes passer le pas d'une porte dans cette tour.

Un simple escalier qui tournoye et coure vers le ciel, enfin tout du moins vers le haut de la tour, se trouvait derriere cette porte. Nous montames donc a l'etage superieur.

La, une piece, moyenne, avec au centre une grande stele en pierre massive. Ici aussi peu de decoration, a croire que seule la stele avait de l'importance.

Nous nous approchames sans attendre.
Sur l'epaisse dalle qui recouvrait le tombeau, deux inscriptions, l'identite du mort "Estahaline, aldmer perdue dans les meandres de la folie." et une mise en garde "Touchez et vous risquerez de la reveiller.".

Kehar effleura seulement du bout des doigts les inscriptions quand, dans un halo de lumiere intancement brillante, la pierre se leva legerement. Nous reculames tous, quelque peu effrayer de ce qui se passe, mais aussi de ce qui pourrait peut etre se passe...

Une fois que la pierre eu presque totalement bougait, une femme, aldmer, ressemblant trait pour trait au portrait de la mosaique a l'etage en dessous a part son teint plus que pale, sortit du tombeau beant. Nous etions tous eballit de voir cela. Il s'agissait sans doute de l'aldmer soit disant folle qui etait mentionnee sur la stelle, Estahaline.
Elle affichait un sourire malicieux, presque inquietant. Elle etendit ses bras de chaques cotes et tous ses os craquerent bruyament. Ensuite, elle respira a plein poumon comme si elle reprennait vie.
Je ne pouvais plus douter, la femme que nous voyons sortir de ce tombeau etait morte, ou plutot avait repris vie. Et reprendre vie au simple contact des doigts d'un etre sur sa tombe montrait la puissance de sa magie, ce qui m'inquieta d'avantage une fois que j'eu repensait aux inscriptions sur la stelle.

Suite dans le tome VII

Par Jayran Essius
Chef du groupe d'aventurier de Brise-Dragon.
OraNN
OraNN
Admin

Nombre de messages : 1808
Age : 33
Localisation : Un peu partout dans l'Archipel !
Date d'inscription : 16/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://pertevue.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome VI

Message par tiaremoana le Mer 12 Juil - 7:25

Corrections :

Tome VI: La tour du mage

Le jour où nous débarquâmes sur l'île principale de l'Archipel de l'Automne, nous ne nous doutions pas des tourments que nous allions endurer.

Ce jour là, ou plutôt ce soir là, le soleil se couchait à l'Ouest des terres des alderman et donnait une couleur orangée aux nuages dans le ciel. Ces terres étaient d'une beauté exceptionnelle. Relativement plate à la sortie de la ville de Crépuscule, au Sud de l'île principale, la plaine était recouverte d'herbe sèche qui semblait de couleur jaunâtre. De nombreuses roches de petite taille recouvraient le sol autour de nous. A moins d'une lieue, une tour pour le moins haute avait été érigée au milieu de nulle part, en plein centre de la plaine. Puisque nous venions de sortir de Crépuscule et que nous n'avions pas de but précis, à part peut être celui de rencontrer de grands mages pour le plus grand bonheur d'Assithaniel et de Kehar, nous décidâmes d'aller en direction du seul point dans cette plaine qui éveillait notre curiosité, cette grande tour solitaire.

La tour était en fait penchée vers le Nord et malgré cela, son toit plat était parallèle au sol, à croire qu'elle avait été construite ainsi. Elle était faite d'une bien étrange pierre blanche qui brillait et renvoyait la lumière du soleil dans toutes les directions. Des colonnades tordues entouraient le bâtiment ; je ne sais si cela était purement décoratif ou si cela servait réellement de support de soutien tellement ces piliers semblaient fins et curieusement disposés autour de l'édifice. Entre les colonnes, aucune ouverture sur l'extérieur ne se faisait voir, à croire qu'il n'y en avait pas et que les habitants, quelqu'ils soient n'avait pas besoin de lumière.

Arrivés au pied de la tour, nous vîmes cette inscription sur l'énorme porte.
"Entrez sans raisons, sortez sans remords."

Bien étrange inscription! Que voulait-elle dire? Qu’y avait-il dans cette tour mystérieuse?

Kehar nous suggéra qu'il serait peut être bon de passer son chemin. Il est vrai qu'elle nous semblait à tous extrêmement bizarre, mais nous ne pûmes renoncer à y entrer le désir de savoir était plus grand que la raison qui aurait du nous retenir.

Et quand nous poussâmes la porte, soit dit en passant avec une énorme facilité étant donné sa taille, Kehar nous suivit dans la gigantesque entrée du bâtiment.

Celle-ci était sombre. Quand la porte se referma derrière nous, après quelques pas, nous fûmes plongé dans le noir le plus total.

Une fois nos torches récupérées et allumées, nous fûmes surpris de nous trouver dans une toute petite pièce avec une seule et unique porte. Ce n'était pas du tout ce que nous rappelions avoir vu quand la lumière du soleil éclairait encore l'intérieur de la tour.

Puisqu'il n'y avait qu'une seule porte dans cette pièce, nous décidâmes de la franchir.

La porte donnait sur une rue en plein coeur de Cyrodiil. Comment pouvait-on en l'espace d'un instant seulement se retrouver dans la capitale de l'Empire alors que quelques secondes auparavant nous étions non loin de Crépuscule, sur l'Archipel de l'Automne? C'est la première question que je me posai lorsque je parcourus quelques mètres dans cette rue. Je regardais les moindres détails, l'étonnement se voyant sur mon visage depuis le franchissement de la porte.

Je reconnaissais bien la ville où j'avais vécu toute mon enfance. Bien que la rue ne me soit pas familière, on pouvait voir sur les hauteurs quelques palais fort reconnaissable dans le paysage urbain de la cité. A priori, nous étions dans les bas-quartiers. L'odeur, forte et désagréable, me suggérait que nous n'etions pas loin des égouts à ciel ouvert, dans le Sud-Est de la ville. Comme me le souffla Arnel, je demandai à un citadin de nous dire le lieu exact où nous étions. Celui à qui je posai la question me répondit que nous nous trouvions effectivement dans les bas quartiers de Cyrodiil, puis me regarda d'un air louche.

Kehar affirma que cela n'était pas possible de voyager d'autant de lieues en si peu de temps, et que même les plus grands mages ne l'ont jamais fait. Il se posait lui même des questions. Avait-il les réponses? J'en doute fortement. Malgré tout, une intuition lui vint: "Et si nous étions encore dans l'entrée de la tour?".

Et, alors que nous étions en plein jour, Kehar alluma l'une de ses torches à la manière si particulière d'un magicien, c'est à dire à l'aide d'une incantation de base. Il tendit celle-ci devant lui et dans le halo de la flamme, nous vîmes la pièce de l'entrée de la tour. Kehar nous regarda tous et fit calmement: "C'est bien ce que je pensais.". Il passa la torche à Assithaniel pour ensuite lancer l'un de ses sorts. Employant quelques mots d'une langue qui m'étais inconnue, alors qu'avec mon éducation j'en connaissais près de six, Kehar gesticula comme pour accompagner son sortilège afin qu'il soit lancé.
Une sorte de sphère de lumière blanchâtre sortit de Kehar et, comme le halo de la torche, révéla la pièce dans son ensemble.

Nous étions à nouveau dans la salle d'entrée de la tour. A nouveau?! Pas vraiment en fait puisque nous ne l'avions jamais quittée.
Maintenant éclairée grâce à Kehar, l'immense salle était somme toute assez peu décorée et relativement vide. La superbe mosaïque sur le dallage était presque le seul ornement de la pièce. Elle représentait le visage d'une femme, brune aux yeux noirs; qui paraissait terrifiant et pourtant si beau à la fois. Les carreaux étaient si fin que l'on pouvait voir la plupart des détails de sa physionomie, voir même je dirais de son caractère et de sa personnalité.
Sur le mur face à la porte d'entrée, un passage vers le reste du bâtiment.

Nous nous dirigeâmes donc vers cette nouvelle ouverture, n'oubliant pas toutefois ce qui nous était arrivé la dernière fois que nous avions passé le pas d'une porte dans cette tour.

Un simple escalier qui tournoyait et courait vers le ciel, enfin tout du moins vers le haut de la tour, se trouvait derrière cette porte. Nous montâmes donc à l'étage supérieur.

Là, une pièce, moyenne, avec au centre une grande stèle en pierre massive. Ici aussi peu de décoration, à croire que seule la stèle avait de l'importance.

Nous nous en approchâmes sans attendre.
Sur l'épaisse dalle qui recouvrait le tombeau, deux inscriptions, l'identité du mort "Estahaline, aldmer perdue dans les méandres de la folie." et une mise en garde "Touchez et vous risquerez de la réveiller.".

Kehar effleura seulement du bout des doigts les inscriptions quand, dans un halo de lumière intensément brillante, la pierre se leva légèrement. Nous reculâmes tous, quelque peu effrayé de ce qui se passait, mais aussi de ce qui pourrait peut être se passer...

Une fois que la pierre eut presque totalement bougé, une femme, aldmer, ressemblant trait pour trait au portrait de la mosaïque à l'étage en dessous à part son teint plus que pâle, sortit du tombeau béant. Nous étions tous ebahi de voir cela. Il s'agissait sans doute de l'aldmer soit disant folle qui était mentionnée sur la stèle, Estahaline.
Elle affichait un sourire malicieux, presque inquiétant. Elle étendit ses bras de chaque coté et tous ses os craquèrent bruyamment. Ensuite, elle respira à plein poumon comme si elle reprenait vie.
Je ne pouvais plus douter, la femme que nous voyons sortir de ce tombeau était morte, ou plutôt avait repris vie. Et reprendre vie au simple contact des doigts d'un être humain sur sa tombe montrait la puissance de sa magie, ce qui m'inquiéta d'avantage une fois que j'eus repensé aux inscriptions sur la stèle

Suite dans le tome VII

Par Jayran Essius
Chef du groupe d'aventurier de Brise-Dragon.
tiaremoana
tiaremoana

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum