[Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome V

Aller en bas

[Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome V

Message par OraNN le Mer 21 Juin - 8:53

Tome V: Voyage vers l'Archipel de l'Automne

Tout ce que nous devions faire avait ete fait. Nous avions aider Kehar a trouver sa pierre, nous avions aider les paladins a battre le dragon qui menacer l'Attache de Kragen, nous avions aider les Sarmeynas a retrouver leurs terres, et maintenant que nous etions tous unis, nous n'avions plus d'objectifs particuliers a atteindre.

Partis d'Authoscaïrès, nous avions ete au Sud et nous longions le grand fleuve Nibenay, qui prenait ses sources non loin de notre capitale, Cyrodiil.

Pendant le chemin, nous decidames d'aller dans le territoire des aldmers, sur l'Archipel de l'Automne. Aucuns d'entre nous n'avait encore vu ces terres legendaires. Bien que Kehar soit lui meme un haut elfe, il n'etait pas né sur l'Archipel de l'Automne, mais en Haute-Roche, il ne connaissait donc pas les terres de ses freres elfes. Ce dernier ainsi que son nouveau disciple Assithaniel bouillaient aussi d'impatience d'aller voir les celebres mages aldmers psijiques. Il etait bon aussi pour Arnel de se changer les idees depuis la mort de son ami Saalen a l'Attache de Kragen. Meme s'il n'en laisser rien paraitre, il etait grandement affecter par cela.
Et donc, quand nous arrivames au petit village de Friskerlle, qui etait un petit port, nous primes une petite embarquation qui nous emmena a la ville de Saltainne.

La ville de Saltainne etait en fait le port de la grande cite de Rimmen, qui ne se trouvait pas directement rattacher a la rive du Nibenay. A Saltainne, nous primes un navire qui nous mena dix jours plus tard a Senc Hal, au Sud de la baie de Topale. Apres l'escale a Senc Hal, notre navire partit pour Torval, la capitale de la province d'Elsweyr, que nous atteingnimes apres douze jours. Nous ne vistames pas le cite car le bateau devait juste se reaprovisionner avant de repartir. Nous nous dimes pour ne pas avoir de regrets que nos aventures nous conduiraient a revenir un jour a Torval. Le voyage entre Troval et Coeurvert, en Val-Boisé, fut long et penible. A travers la tempete qui se dechaina tout au long du voyage, nous mettames pres d'un mois a rejoindre la cite. Nous nous arretames sur une petite ile au Sud de Point-Sud pour recharger des provisions. L'arrivee a Coeurvert m'enchanta. Attachees aux arbres geants des forets elfiques plongeant leurs racines dans l'eau de mer, les nombreuses demeures des habitants de la cite m'emerveillerent a un point que peu de cite dans tout Tamriel n'egalere sa beaute selon moi.

Les reparations sur la coque etaient nombreuses, des voies d'eau etaient apparues vers la fin du voyage jusqu'a Coeurvert. C'etait pour nous l'occasion de visiter la ville. Pendant qu'Assithaniel et Kehar partirent pour la guilde des mages locale, Imrynis, Arnel et moi, qui maintenant etions tres proche depuis ce long voyage vers l'Archipel de l'Automne, partimes pour les beaux quartiers, pour y voir les plus beaux palais de la plus belle des villes.

Le quartier des Temples etait surement l'un des plus beau de cette cite. Presque a la cime des plus haut arbres de la ville, les temples etaient sculpter dans l'epaisse ecorce qui, a l'interieur etait blanche.

Nous visitames plusieurs de ces temples. Dans l'un d'eux, un jeune pretre nous interpella. Il vient nous voir et demanda si de brave aventuriers comme nous ne pourrions pas l'aider. Nous accepterent sans savoir de quoi il en retourner. Le pretre nous dit que l'une des reliques sacrees de ce temple avait ete derober la nuit precedente, il voulait que nous la recuperions pour la gloire de son temple.

La relique que nous recherchions etait l'amullette d'un prophete annoncant jadis la venue du seigneur Xarxes dans le royaume de la foret. Xarxes etait chez les bosmers le dieux des ancetres. Sur le vol, nous n'avions que peu d'indices. Nous decidames d'aller dans les bas-quartiers, pres du sol, pour tenter de voir si quelqu'un n'essayerait pas de vendre cette antique artefact au marche noir.

Nous venions de vister les beaux quartiers du temple qui nous emmerveillerent litteralement mais le choc avec la vision que nous avons eu en voyant les bas-quartiers de Coeurvert fut douloureux. Autant les riches habitants de la ville vivaient dans de luxueux palais, autant les demunits etaient entasses comme des prisonniers dans les prisons imperiales. Je savais deja cela, et je crois que tout le monde le sait aussi bien que moi, mais voir la realite en face n'est vraiment pas pareil que de l'entendre et de l'admettre. Le fosse de la difference sociale dans notre monde est vraiment enorme, bien plus que la pensee humaine ne peut le consevoir.

C'est en fait sans peine que nous reussirent a trouver la relique. Un jeune elfe, pourtant adorateur de ce dieu et de son prophete, avait fini par voler l'objet apres etre tant de fois aller prier devant cette amullette sacree. Au debut, nous nous demandiames s'il ne valait pas mieux de lui laissait l'amullette, tellement sa pauvrete etait grande. Mais comme nous sommes des gens de paroles, et que nous nous etions engager aupres du pretre, nous decidames de nous faire passer pour des acheteurs potentiels de l'objet.

Bien sur, l'homme se mefia, et c'est bien naturel quand trois guerriers demandent a acheter une relique. Nous n'etions pas richement vetu, sauf peut etre Arnel qui revetait une armure de paladin plutot bien ornée et que les gravures enrichisser encore d'avantage. Nous n'etions pas non plus extremement connu dans la region, bien que j'eu entendu parler des arrimeurs dans le port du groupe de Brise-Dragon. C'est surement pour ces raisons que le jeune bosmer nous ceda la relique sacree de son peuple. Nous ne negosierent meme pas le prix qu'il en demander.

Le temple recupera son amullette. Le pretre nous demanda ou et qui l'avait prise. Nous repondimes par des phrases impressises. Il n'etait pas tres satisfait de nos reponses mais comme l'objet avait retrouver sa place, il nous donna une recompense qui ne couvrait meme pas le prix auquel nous avions acheter l'objet.

En restant dans ce quartier juste avant notre depart, nous appercumes notre elfe qui entra dans le temple de son dieu. Nous ne purent qu'imaginer sa reaction en retrouvant l'amullette qu'il venait de voler le jour d'avant au soir. Il devait probablement etre soulager de la revoir a sa place.

Nous reprimes le bateau pour l'Archipel de l'Automne le soir meme, racontant a nos deux comparses nos aventures dans cette belle cite que nous quittions a present.

Suite dans le tome VI

Par Jayran Essius
Chef du groupe d'aventurier de Brise-Dragon.
OraNN
OraNN
Admin

Nombre de messages : 1808
Age : 33
Localisation : Un peu partout dans l'Archipel !
Date d'inscription : 16/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://pertevue.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome V

Message par tiaremoana le Jeu 6 Juil - 16:15

corrections :

Tome V: Voyage vers l'Archipel de l'Automne

Tout ce que nous devions faire avait été fait. Nous avions aidé Kehar à trouver sa pierre, nous avions aidé les paladins à battre le dragon qui menaçait l'Attache de Kragen, nous avions aidé les Sarmeynas à retrouver leurs terres, et maintenant que nous étions tous unis, nous n'avions plus d'objectifs particuliers à atteindre.

Partis d'Authoscaïrès, nous avions été au Sud et nous longions le grand fleuve Nibenay, qui prenait ses sources non loin de notre capitale, Cyrodiil.

Pendant le chemin, nous décidâmes d'aller dans le territoire des aldmers, sur l'Archipel de l'Automne. Aucun d'entre nous n'avait encore vu ces terres légendaires. Bien que Kehar soit lui même un haut elfe, il n'était pas né sur l'Archipel de l'Automne, mais en Haute-Roche, il ne connaissait donc pas les terres de ses frères elfes. Ce dernier ainsi que son nouveau disciple Assithaniel bouillaient aussi d'impatience d'aller voir les célèbres mages aldmers psijiques. Il était bon aussi pour Arnel de se changer les idées depuis la mort de son ami Saalen à l'Attache de Krag en. Même s'il n'en laissait rien paraître, il en était grandement affecté.
Et donc, quand nous arrivâmes au petit port de Friskerlle, nous prîmes une petite embarcation qui nous emmena à la ville de Saltainne.

La ville de Saltainne est en fait le port de la grande cité de Rimmen, qui ne se trouve pas directement rattachée à une des rives du Nibenay. A Saltainne, nous prîmes un navire qui nous déposa dix jours plus tard à Senc Hal, au Sud de la baie de Topale. Après l'escale à Senc Hal, notre navire partit pour Torval, la capitale de la province d'Elsweyr, que nous atteignîmes après douze jours. Nous ne visitâmes pas la cité car le bateau devait juste se réapprovisionner avant de repartir. Nous nous dîmes pour ne pas avoir de regrets que nos aventures nous conduiraient à revenir un jour à Torval. Le voyage entre Torval et Coeurvert, en Val-Boisé, fut long et pénible. A travers la tempête qui se déchaîna tout au long du voyage, nous naviguâmes près d'un mois pour rejoindre la cité. Nous nous arrêtâmes sur une petite île au Sud de Point-Sud pour embarquer des provisions. L'arrivée à Coeurvert m'enchanta. Attachées aux arbres géants des forêts elfiques plongeant leurs racines dans l'eau de mer, les nombreuses demeures des habitants de la cité m'émerveillèrent à un point tel que peu de cités dans tout Tamriel n'égalent leur beauté selon moi.

Les réparations sur la coque étaient nombreuses, des voies d'eau étaient apparues vers la fin du voyage jusqu'a Coeurvert. C'était pour nous l'occasion de visiter la ville. Assithaniel et Kehar partirent pour la guilde des mages locale. Pendant ce temps Imrynis, Arnel et moi-même, devenus très proche depuis le début de ce long voyage vers l'Archipel de l'Automne, partîmes pour les beaux quartiers, afin de découvrir les plus beaux palais de la plus belle des villes.

Le quartier des Temples était sûrement l'un des plus magnifique de cette cité. Presque à la cime des plus hauts arbres de la ville, les temples étaient sculptés dans l'épaisse écorce dont l'intérieur était de couleur blanche.

Nous visitâmes plusieurs de ces temples. Dans l'un d'eux, un jeune prêtre nous interpella. Il s’approcha et demanda si de braves aventuriers comme nous pourraient l'aider. Nous acceptâmes sans savoir de quoi il en retournait. Le prêtre nous dit que l'une des reliques sacrées avait été dérobée la nuit précédente, il voulait que nous la récupérions pour la gloire de son temple.

La relique que nous recherchions était l'amulette d'un prophète annonçant jadis la venue du seigneur Xarxes dans le royaume de la forêt. Xarxes était chez les bosmers le dieu des ancêtres. Sur le vol, nous n'avions que peu d'indices. Nous décidâmes d'aller dans les bas quartiers, près du sol, pour tenter de voir si quelqu'un n'essayait pas de vendre cet antique artefact au marché noir.

Nous venions de visiter les beaux quartiers du temple qui nous avaient littéralement émerveillés mais le choc avec la vision que nous eûmes en voyant les bas quartiers de Coeurvert fut douloureux. Autant les riches habitants de la ville vivaient dans de luxueux palais, autant les démunis étaient entassés comme des prisonniers dans les prisons impériales. Je savais déjà cela, et je crois que tout le monde le savait aussi bien que moi, mais voir la réalité en face n'est vraiment pas pareil que de l'entendre et il est parfois difficile de l'admettre. Le fossé de la différence sociale dans notre monde est vraiment énorme, bien plus que la pensée humaine ne peut le concevoir.

C'est en fait sans peine que nous réussîmes à trouver la relique. Un jeune elfe, pourtant adorateur de ce dieu et de son prophète, avait fini par voler l'objet après être tant de fois aller prier devant cette amulette sacrée. Au début, nous nous demandâmes s'il ne valait pas mieux lui laisser l'amulette, tellement sa pauvreté était grande. Mais comme nous sommes des gens de parole, et que nous nous étions engagés auprès du prêtre, nous décidâmes de nous faire passer pour des acheteurs potentiels de l'objet.

Bien sûr, l'homme se méfia, et c'est bien naturel quand trois guerriers demandent à acheter une relique. Nous n'étions pas richement vêtu, sauf peut être Arnel qui revêtait une armure de paladin plutôt bien ornée et que les gravures enrichissaient encore d'avantage. Nous n'étions pas non plus extrêmement connu dans la région, bien que j'eusse entendu des arrimeurs, dans le port, parler du groupe de Brise-Dragon. C'est sûrement pour ces raisons que le jeune bosmer nous céda la relique sacrée de son peuple. Nous ne négocièrent même pas le prix qu'il en demandait.

Le temple récupéra son amulette. Le prêtre nous demanda où nous l’avions trouvé et qui l'avait prise. Nous répondîmes par des phrases imprécises. Il n'était pas très satisfait de nos réponses mais comme l'objet avait retrouvé sa place, il nous donna une récompense qui ne couvrait même pas le prix auquel nous avions acheté l'objet.

En restant dans ce quartier juste avant notre départ, nous aperçûmes notre elfe qui entra dans le temple de son dieu. Nous ne pûmes qu'imaginer sa réaction en retrouvant l'amulette qu'il venait de voler le jour précédent. Il devait probablement être soulagé de la revoir à sa place.

Nous réprîmes le bateau pour l'Archipel de l'Automne le soir même, racontant à nos deux comparses nos aventures dans cette belle cité que nous quittions a présent.

Suite dans le tome VI

Par Jayran Essius
Chef du groupe d'aventurier de Brise-Dragon.
tiaremoana
tiaremoana

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum