[Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome I

Aller en bas

[Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome I

Message par OraNN le Mer 21 Juin - 8:50

Tome I: avant Brise-Dragon

C'est en l'an 3E 398 que notre periple commenca. Assithaniel et moi, jeunes aventuriers en quete de succes, partimes de Cyrodiil pour les terres glacee de Bordeciel. Nous etions alors convaincu de trouver facilement gloire et fortune en magniant l'epee et les mots.

Nous devions avoir a peine vingt ans a l'epoque. Nous n'etions alors jamais sortit des rues de la capitale. Notre connaisance du monde se fessait a partir des nombreux livres que nous devorrions a longueure de journee. Encore une fois, je m'appercois de la chance que nous avons eu d'avoir eu une education au college imperial, nombreux en Tamriel sont ilettres dut au manque de finance de leurs parents. D'ailleurs, nous avons souvent etaient questionner, Assithaniel et moi, sur les motivations qui nous posses a partir alors que nos parents etaient de riches commercants et que la vie pouvait etre facile pour nous. Mais l'envie de decouverte etait plus forte que les prejuges des citadins, meme si cela ne plus pas a nos parents.

Quoiqu'il en soit, nous sommes partit a la fin de nos etudes pour explorer Tamriel.

Avec les quelques sous en poches que nos parents avaient daigner nous donnes, nous fesions route pour Mont-d'Hiver, un minuscule village du Sud de Bordeciel. Il n'y avait rien a Mont-d'Hiver mais notre budget ne nous permetait pas d'aller plus loin. Trois jours durant nous sommes rester dans le village a se demander quelles images les citadins de Cyrodiil auraient de nous si nous rentrions maintenant, apres avoir seulement caresser le reve d'aventurier et echouant des le depart. C'est dans cette periode de desespoir que nous entendimes parler de d'une meute de loups qui avait attaquer le village d'Epine-de-Glace, a quelques heures de Mont-d'Hiver. La decition d'y partir fut vite prise, nos legers bagages furent replier a la hate et quelques minutes apres avoir appris la nouvelle, nous etions deja sur le chemin d'Epine-de-Glace.

Le village d'Epine-de-Glace etait a flanc de falaise. Celui-ci n'etait pas tres grand meme si les maisons de style nordique etaient espacees de plusieurs metres, des enclos a betails entouraient la plupart de celles-ci se qui montrer bien ce qu'on nous avait dit plus tot, a savoir que c'etait un village de berger, et, bien sur, au centre du village, avec la quasi totalite des batisses l'entourant, l'enorme rocher blanc qui donnait son nom au village.

Nous ne savions pas vraiment se que nous allions trouver la-bas. Et, bien que cette premiere quete nous sembla a priori que peu intersante, nous changiames d'avis en voyant six enormes loups rodaient pres de l'imposante pierre centrale. Nous savions qu'au court de nos aventures nous saurions ammener a nous battre et c'est a cet instant que nous nous appercumes que nous n'etions pas pret pour cela. En effet, les rares cours de combat au college imperial ne nous avaient appris que le minimum.

La peur nous gagna.

Nous etions pourtant suffisament loin pour ne pas etre inquiete par la meute. Seulement, nous avions promis au villageois de Mont-d'Hiver que nous sauverions les habitants d'Epine-de-Glace. Nous sortimes les epees courtes qui ornaient fierement nos ceinturons. Et, apres s'etre mutuellement soutenu et encourage, apres avoir pris conssiance de notre engagement, apres avoir penser au sort de ces pauvres gens enfermaient dans leurs habitations, nous primes notre courage a deux mains pour affronter la horde terrifiante de loups.

Nous avancames jusque derriere l'une des maisons du village, a quelques metres seulement de la meute. Nous les observions, longuement, sans vraiment reagir. Et puis, lors d'un instant, serrant fortement la poignee de nos epees, nous decidames d'engager le combat. Nous longions le mur de la maison d'un pas presse tout en s'effrocant de ne pas faire de vacarme quand, tout a coup, nos deux capes furent retenues nous empechant d'avancer.

Nous nous retournames brusquement. Un grand personnage encapuchonne retenait nos capes de ses mains gantees. Je me souviens qu'Assithaniel et moi avions tout deux les yeux ecarquilles, nous ne reagimes pas de suite face a cet individu tout de noir vetu. C'est ce mysterieux personnage qui parla le premier.

Il chuchotait pour ne pas attirer l'attention des betes. Je me souviens parfaitement de ces mots: "Pas si vite! Vous n'allez pas tout de meme pas affronter six loups a deux!".

Il nous tira jusqu'a arriere de la maison dont nous venions de partir. Il repris son baton qu'il avait laisser contre le mur. Il nous regarda et nous dit que nous etions de bien jeunes aventuriers puis, il avanca jusqu'au coin du mur et se pencha pour observer les loups. Il se retourna vers nous, nous expliqua que nous devions attaquer deux des loups qui se trouver tout pres pendant qu'il partirait sur l'autre cote. Assithaniel et moi etions un peu ebahit et lorsque le personnage nous demanda si nous avions compris, nous acquissames sans vraiment s'en rendre compte. Il etait pres a se placer a l'endroit indique lorsqu'il se retourna vers nous et, brievement, nous glissa "Au fait, je suis mage".

Une fois partit, Assithaniel et moi, nous nous regardions, les yeux ecarquilles. Reprenant nos esprits, nous nous placiames comme convenu. J'etais pres a bondir sur le dos d'un de ces loups au moment ou le mage l'indiquerait. Il nous avais dit que nous comprendrions le moment ou il faudrait attaquer. Et apres qu'une enorme boule de feu farppa l'une des betes nous compris qu'il fallait affronter les loups. Je me jeta sur la bete et, dans mon elan, le frappa au flanc gauche. J'eu enfonce si fortement ma lame dans la chair du loup qu'elle me lacha des mains. Apres une tentative de roulade improvisee, je me retrouvais quelques metres plus loin, acourpis, il me fallait maintenant reprendre mon arme se trouvant entre les cotes du loup. Seulement la bete n'etait pas morte. Couchait sur le cote, le loup hurlait de douleur et s'agitait dans tout les sens.

J'etais pret a sauter de nouveau sur cette satanee bete lorsque je sentis une bave gluante coulait le long de mon bras droit. Ma tete fit un quart de tour pour voir la gueule imposante d'un des freres du loup que je venais d'attaquer. Heuresement pour moi, l'epee d'Assithaniel vint se planter dans la machoire de ce dernier.

Pas encore vraiment conscient de se qui venait de se passer, le baton du mage se planta a quelques metres devant ma main gauche.

Je levais la tete tout en m'appercevant que l'attaque etait terminer. Le mage etait la, face a moi, impressionant par sa taille monumentale, on aurait dit qu'il ne s'etait meme pas battu tellement ces vetements etaient propres. Il retira sa capuche pour devoiler son visage. Son teint jaunatre me frappa en premier lieu, probablement que je ne m'attendais pas a voir l'un de ces majestieux Haut-Elfe. Ses traits etaient fin, son regard pur, ses cheveux grisonant. Il me tenda la main pour m'aider a me relever. Une fois sur pied, le mage se presenta a nous.

Il s'appellais Kehar et venait de l'Archipel de l'Automne. Il etait en quete dans la region pour trouver un artefact millenaire, la pierre des tenebres de Lharkeno.

Je repris ma lame d'entre les cotes du loup qui avait fini par sucombe. Une fois la population libere, nous passames la nuit a Epine-de-Glace.

Des le lever du jour, Kehar, Assithaniel et moi partions a la recherche de la pierre ancestrale. Je ne me rappel plus tellement les conditions pour lequels nous descidames de suivre Kehar dans son aventure mais voila que nous nous dirigions vers les collines d'Arneuvaila, un peu plus au Sud-Est, dans la region de Cyrodil.

Suite dans le tome II

Par Jayran Essius
Chef du groupe d'aventurier de Brise-Dragon.
OraNN
OraNN
Admin

Nombre de messages : 1808
Age : 33
Localisation : Un peu partout dans l'Archipel !
Date d'inscription : 16/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://pertevue.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre] Chroniques de Brise-Dragon Tome I

Message par tiaremoana le Ven 23 Juin - 10:24

Corrections :

Tome I: avant Brise-Dragon

C'est en l'an 3E 398 que notre périple commença. Assithaniel et moi, jeunes aventuriers en quête de succès, partîmes de Cyrodiil pour les terres glacées de Bordeciel. Nous étions alors convaincu de trouver facilement gloire et fortune en maniant l'épée et les mots.

Nous devions avoir à peine vingt ans à l'époque. Nous n'étions alors jamais sorti des rues de la capitale. Notre connaissance du monde découlait des nombreux livres que nous dévorions à longueur de journée. Encore une fois, je m'aperçois de la chance qui nous a été donné d'avoir bénéficié d’une éducation au collège impérial ; en effet, de nombreux habitants en Tamriel sont illettrés par suite du manque de finance de leurs parents. D'ailleurs, nous avons souvent été questionné, Assithaniel et moi, sur les motivations qui nous poussaient à partir alors que nos parents étaient de riches commerçants et que la vie pouvait être facile pour nous. Mais l'envie de découverte était plus forte que les préjugés des citadins, même si cela ne plaisait pas à nos géniteurs.

Quoiqu'il en soit, nous partîmes à la fin de nos études pour explorer Tamriel.

Avec les quelques sous en poche que nos parents avaient daigné nous donner, nous faisions route pour Mont-d'Hiver, un minuscule village du Sud de Bordeciel. Il n'y avait rien à Mont-d'Hiver mais notre budget ne nous permettait pas d'aller plus loin. Trois jours durant nous sommes restés dans le village à nous demander quelles images les citadins de Cyrodiil auraient de nous si nous rentrions maintenant, après avoir seulement caressé notre rêve d'aventurier en échouant dès le départ. C'est dans cette période de désespoir que nous entendîmes parler d'une meute de loups qui avait attaqué le village d'Epine-de-Glace, à quelques heures de Mont-d'Hiver. La décision d'y partir fut vite prise, nos légers bagages furent repliés à la hâte et quelques minutes après avoir appris la nouvelle, nous étions déjà sur le chemin d'Epine-de-Glace.

Le village d'Epine-de-Glace était a flanc de falaise. Il n'était pas très grand, même si les maisons de style nordique étaient espacées de plusieurs mètres; des enclos à bétail entouraient la plupart de celles-ci ce qui confirmait ce qu'on nous avait dit plus tôt, à savoir que c'était un village de bergers. Et bien sur, au centre, la quasi totalité des battisses l'entourant, l'énorme rocher blanc qui donnait son nom au village.

Nous ne savions pas vraiment ce que nous allions trouver là-bas. Et, bien que cette première quête ne nous semblât à priori que peu intéressante, nous changeâmes d'avis en voyant les six énormes loups qui rodaient près de l'imposante pierre centrale. Nous savions qu'au court de nos aventures nous serions amenés à nous battre et c'est à cet instant que nous nous aperçûmes que nous n'étions pas prêt pour cela. En effet, les rares cours de combat au collège impérial ne nous avaient appris que le minimum.

La peur nous gagna.

Nous étions pourtant suffisamment loin pour ne pas être inquiété par la meute. Seulement, nous avions promis au villageois de Mont-d'Hiver que nous sauverions les habitants d'Epine-de-Glace. Nous sortîmes les épées courtes qui ornaient fièrement nos ceinturons. Et, conscients de notre engagement, après s'être mutuellement soutenu et encouragé, tout en pensant au sort de ces pauvres gens enfermés dans leurs habitations, nous primes notre courage à deux mains pour affronter la horde terrifiante de loups.

Nous avançâmes jusque derrière l'une des maisons du village, à quelques mètres seulement de la meute. Nous les observions, longuement, sans vraiment réagir. Et puis soudain, serrant fortement la poignée de nos épées, nous décidâmes d'engager le combat. Nous longions le mur de la maison d'un pas pressé en s'efforçant de ne pas faire de vacarme quand, tout a coup, nos deux capes furent retenues nous empêchant d'avancer.

Nous nous retournâmes brusquement. Un grand personnage encapuchonné retenait nos capes de ses mains gantées. Je me souviens qu'Assithaniel et moi avions tout deux les yeux écarquillés. Nous ne réagîmes pas de suite face à cet individu tout de noir vêtu. C'est ce mystérieux personnage qui parla le premier.

Il chuchotait pour ne pas attirer l'attention des bêtes. Je me souviens parfaitement de ses mots: "Pas si vite! Vous n'allez pas tout de même pas affronter six loups à deux!".

Il nous tira jusqu'à l’arrière de la maison dont nous venions de partir. Il reprit son bâton qu'il avait laissé contre le mur. Il nous regarda et nous dit que nous étions de bien jeunes aventuriers puis, il avança jusqu'au coin du mur et se pencha pour observer les loups. Il se retourna vers nous et nous expliqua que nous devions attaquer deux des loups qui se trouvaient tout près pendant qu'il partirait de l'autre coté. Assithaniel et moi étions un peu ébahi et lorsque le personnage nous demanda si nous avions compris, nous acquiesçâmes sans vraiment nous en rendre compte. Il était prêt à se placer à l'endroit indiqué lorsqu'il se retourna vers nous et, brièvement, nous glissa "Au fait, je suis mage".

Une fois qu’il fût parti, Assithaniel et moi, nous regardâmes, les yeux écarquillés. Reprenant nos esprits, nous nous plaçâmes comme convenu. J'étais prêt à bondir sur le dos d'un de ces loups au moment où le mage l'indiquerait. Il nous avait dit que nous comprendrions le moment où il faudrait attaquer. Et après qu'une énorme boule de feu frappa l'une des bêtes nous comprîmes qu'il fallait affronter les loups. Je me jetais sur la bête et, dans mon élan, la frappait au flanc gauche. J'enfonçais si fortement ma lame dans la chair du loup qu'elle m’échappa des mains. Après une tentative de roulade improvisée, je me retrouvais quelques mètres plus loin, accroupi. Il me fallait maintenant reprendre mon arme fichée entre les côtes du loup. Seulement la bête n'était pas morte. Couché sur le côté, le loup hurlait de douleur et s'agitait dans tous les sens.

J'étais prêt à sauter de nouveau sur cette satanée bête lorsque je sentis une bave gluante couler le long de mon bras droit. Ma tête fit un quart de tour pour voir la gueule imposante d'un des frères du loup que je venais d'attaquer. Heureusement pour moi, l'épée d'Assithaniel vint se planter dans la mâchoire de ce dernier.

Pas encore vraiment conscient de ce qui venait de se passer, le bâton du mage se planta a quelques mètres devant ma main gauche.

Je levais la tête tout en m'apercevant que l'attaque était terminée. Le mage était là, face a moi, impressionnant par sa taille monumentale ; on aurait dit qu'il ne s'était même pas battu tellement ses vêtements étaient propres. Il retira sa capuche pour dévoiler son visage. Son teint jaunâtre me frappa en premier lieu, probablement parce que je ne m'attendais pas à voir l'un de ces majestueux Haut-Elfe. Ses traits étaient fins, son regard pur, ses cheveux grisonnant. Il me tendit la main pour m'aider à me relever. Une fois sur pied, le mage se présenta à nous.

Il s'appelait Kehar et venait de l'Archipel de l'Automne. Il était en quête dans la région pour trouver un artefact millénaire, la pierre des ténèbres de Lharkeno.

Je repris ma lame d'entre les cotes du loup qui avait fini par succomber. Une fois la population libérée, nous passâmes la nuit à Epine-de-Glace.

Dès le lever du jour, Kehar, Assithaniel et moi partîmes à la recherche de la pierre ancestrale. Je ne me rappelle plus tellement les raisons qui nous décidèrent à suivre Kehar dans son aventure mais voilà que nous nous dirigions vers les collines d'Arneuvaila, un peu plus au Sud-est, dans la région de Cyrodil.

Suite dans le tome II

Par Jayran Essius
Chef du groupe d'aventurier de Brise-Dragon.
tiaremoana
tiaremoana

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum