Quelques recettes de cuisine...

Aller en bas

Quelques recettes de cuisine...

Message par SimRack le Dim 24 Juin - 12:53

Sur ce topic je posterais quelques livres de recette. Smile Je commence par un livre sur les crabes des vases. (Demande peut-être une correction)

SimRack

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques recettes de cuisine...

Message par SimRack le Dim 24 Juin - 12:55

LES RECETTES D'APICIUS Tome 1: Les propriétés gustatives du crabe des Marais.




Dans cet ouvrage, nous allons étudier la qualité gustative du crabe des marais. Comme vous le savez, le crabe des marais, appelé aussi « crabe tortue », est l’un des animaux les plus rencontrés sur nos côtes. Il est donc évident qu’il fasse parti des animaux généralement cuisinés. D’autant plus que sa chasse, pour ne pas dire sa cueillette, est enfantine.


I/ Comment se procurer leur chair :

Il existe deux méthodes principales pour y parvenir, et chacune a ses défauts, et ses avantages.

La première, la préférée des étrangers et des bourgeois, l’achat. En effet, sur le marché, il n’est gère difficiles, et pour un prix modique, de trouver son bonheur dans toutes les citées qui soient. Mais alors, me diriez vous quels sont les défauts de cette méthode ? Le premier est le manque de choix frappant. A moins de connaître un marchand de bonne facture, il est très difficile de pouvoir choisir soi même l’espèce de son crabe (Voir chap. ci-dessous pour plus d’informations), et encore plus de savoir avec exactitude la provenance de son produit. Il peut-être ainsi risqué d’acheter de la sorte un produit de consommation à l’aveuglette. Sans rien connaître de son histoire. Le deuxième défaut de cette méthode est la qualité de la chair. Les crabes achetés ne sont jamais frais, où très rarement en tout cas. Et là, c’est le plus gênant. Car une viande qui n’est pas fraîches peut perdre jusqu’à la moitié de sa saveur ! Rendant sa dégustation totalement indigne de quiconque voudrait manger des produits de qualité.

La seconde, beaucoup plus contraignante, offre cependant de nombreux avantages. C’est la récupération, soi-même, en pleine nature. Ne vous imaginez pas cependant affronter des difficultés insurmontables, non, loin de là, la chasse des crabes des marais est quelque chose qui s’apprend et qui n’est pas vraiment difficiles pour peu que l’on ai un peu de volonté. Et sa pratique est très valorisante ! Autant par la fierté d’en attraper un plus imposant que son voisin, que par tous les avantages que cette technique possède. D’abord, vous aurez des produis très frais, et vous vous en doutez, un crabe attrapé seulement quelques heures plus tôt a une saveur incomparable à tous ce que les marchands pourront vous procurer. Deuxièmement, vous avez ainsi une totale liberté de choix de vos produits, en taille, en nombre, en habitat. Le choix est vaste. Et vous savez ainsi d’où vient votre repas, et ça, c’est un gage de sécurité.

Mais bon, vous vous en doutez, pour aller les attraper, il faut un minimum de technique, et c’est pourquoi je vais m’appliquer dans le chapitre suivant à vous apprendre les bases de cette pratique passionnante et enrichissante.

II/ La chasse du crabe des marais :

Il existe de nombreuses méthodes d’abattage ou de capture des crabes, qui font de ce sport un véritable art. Pour ne pas écrire des centaines de pages, je ne vais consigner ici que les plus connues et les plus efficaces. Ce chapitre sera lui-même divisé en sous-chapitres, qui détailleront les étapes d’une bonne partie de chasse/pêche.


_ Le matériel
Suivant la méthode que vous utiliserez, le matériel ne sera pas forcément le même, mais il y a tout de même quelques outils de base à avoir toujours sur soi.

Un couteau : Cela pourra vous servir à achever les bêtes blessées, couper des cordages ou des branches, vous servir à fabriquer des pièges sur place ou à bien d’autres utilités encore.

Une arme : Bien sur, théoriquement, il n’y a pas de danger, seulement, dès que l’on sort des villes ou des villages, on n’est jamais trop prudent. D’autant plus que si un crabe est blessé, il peut vous faire mal avec ses pinces.

Un filet : Extrême utile, il pourra vous servir si jamais vous décidez de les pêcher directement dans l’eau.

De la corde : Très utile également pour fabriquer des pièges, où pour attraper les crabes au lasso.

Un bateau : Il vous serait possible d’aller les pêcher sur le bord en allant vous même dans l’eau. Mais ce n’est pas recommandé, car toutes la faune marine n’est pas forcément très accueillante… Au pire, il existe de nombreuses personnes prêtes à prêter leur barque en échange d’un peu d’argent.

Des vêtements de rechanges : Les crabes vivent principalement près de l’eau, il serait donc utile de prendre des habits secs sur vous, que vous cacherez quelques part sur le bord.

_Les techniques de Chasse
Il existe plusieurs techniques pour abattre les crabes à même le sol. De la plus simple à la plus complexe :

La première consiste à leur tirer dessus avec un arc. Enfantin me diriez vous, seulement, ce n’est pas si simple. D’abord, il vous faut être assez habile à l’arc, car on ne tue pas une bête en tirant à trois mètre d’elle. Et ensuite, il faut faire attention à tirer sur le ventre de l’animal. Si vous touchez la carapace, vous ne feriez que l’énerver, sans aucunement lui faire de mal. De plus il vous faudra déployer énormément d’efforts à ne pas vous faire repérer à l’avance par vos proies, sinon elles s’enfonceront dans le sable, ne laissant à la surface que leur carapace, les rendant impossible à tuer à distance !

La seconde consiste à le tuer avec une arme de corps à corps. Seulement, là encore, il y a des difficultés, car les crabes possèdent un bec, qui, tel une pince saillante pourrait vous trancher la main. Ne vous y risquez pas si vous n’avez pas d’expérience dans la maîtrise de votre arme.

La troisième consiste à utiliser votre corde. Si vous êtes habiles, vous pouvez lui coincer le bec avec un lasso. Le rendant ainsi inoffensif. Vous n’aurez plus qu’à l’achever au couteau, en lui tranchant le ventre, de la queue, jusqu’à la base de sa pince.

La dernière méthode, est la plus complexe. Mais aussi la plus efficace si on la maîtrise. Cela fonctionne avec un système d’appât. Prenez une boule de terre malaxée. Et imbibez là dans de la vase des marais dont raffolent les crabes. Mais, et c’est là le piège, plantez à l’intérieur de cet appas des morceaux de métal aiguisés (qui pourront resservir par la suite). Posez le tout sur un banc de sable, au bord de l’eau. Attendez un peu, le temps sera court avant qu’un crabe, attiré par l’odeur alléchante du plancton moisi, vienne dévorer gloutonnement son repas avant de mourir, l’œsophage transpercé par l’acier. Vous n’aurez plus qu’à lui ouvrir la gorge, sortir vos bouts de métal, et ramener votre souper à la maison !


III/ Les Subtilités régionales :

Et oui ! On ne le croirait pas, mais pourtant, il existe plusieurs races de crabe des marais, où plutôt plusieurs saveurs, suivant le lieu d’habitat de l’animal. Nous allons dans ce chapitre étudier ces différences.


Tout d’abord, le crabe le plus fréquent, celui de la côte de la mélancolie. Nous avons tous le souvenir d’une de nos balades, lorsque nous avons vu pour la première fois une belle coquille noire dépassant d’une marre vaseuse, et bien c’est de ce type de crabe là que nous parlons. Les avis sont partagés sur la qualité de sa chair. De l’avis des spécialistes, tout dépend de sa cuisson. En effet, les crabes de la côte de la mélancolie, par leur environnement, se nourrissent de larves, d’insectes, de poissons, mais aussi de vase et de plancton. Et c’est là le problème, car d’aucun vous diront que le goût de végétal en décompositions n’est pas le meilleur. C’est là que la cuisson intervient, si on fait cuire le crabe à feu doux, et durant une période d’environ deux jours, alors, toute la vase aura eut le temps de s’évaporer. Dans le cas contraire, alors, le plancton s’incrustera dans la chair, et un affreux goût amer l’infestera, rendant la dégustation impossible, à moins de faire passer le tout avec un bon cognac de cru. Cette petite particularité explique pourquoi les étrangers, n’y connaissant pas grand chose, préfèrent importer des crabes venus de terres moins marécageuses, alors que s’ils s’intéressait un peu à la culture locale, ils s’apercevraient rapidement que le plus fin des crabes, reste celui de la côte de la mélancolie, à condition qu’il soit cuit correctement, et c’est bien là le plus difficiles.

Une seconde espèce de crabe, est celle de la côte d’Azura. Là bas, les crabes tortues sont dans les conditions idéales pour produire une viande de qualité. Le soleil, des plantes vertes, des champignons, et un eau pure. Et ça se sent ! Si il devait y avoir un concurrent aux crabes de la côte de la mélancolie, ce serait bien celui de la côte d’Azura. Frais, gonflé d’eau, et aux saveurs exotiques, il possède des qualités gustatives certaines. Un autre de ses avantages est son fumet. En effet, ces crabes là, qui vivent au milieu de champignons, se frottent régulièrement contre ces derniers pour faire partir les insectes qui se collent à leur carapace. Cet instinct naturel imprègne leur peau de l’odeur des champignons. Et, à la cuisson, cette odeur se dégage sous la forme d’un fumet délicieux pour les narines et excellent contre le rhume.

Vous l’aurez peut-être deviné, à cause des crabes de la côte d’Azura et des crabes de la côte de la mélancolie, un grand duel opposant les spécialistes a éclaté pour savoir laquelle des deux espèce est la plus savoureuses. Ce n’est pas notre affaire, mais sachez en tout cas que si vous voulez devenir cuisinier en Pertevue, il vous faudra être au courant de cette affaire, sous peine de ne pas satisfaire les clients des deux camps.

Il existe enfin, beaucoup d’autres espèces de crabe, car ils vivent tous le long de la côte de Vardenfell. Mais on ne retiendra que celle déjà vue ci-dessus, car les autres, mineures, n’ont que de fades propriétés gustatives, et ne présentent donc qu’un très faible intérêt.

Voilà ! C’est fini pour ce deuxième chapitre. J’espère que vous l’avez lu attentivement, car même s’il paraît peut important, il faudra toutefois prendre compte ces particularités à chaque fois que vous voudrez cuisiner.

IV/ Les recettes :

Il existe de nombreuses façons de faire cuire un crabe. Accompagné ou non par des légumes. Les possibilités sont énormes, et nous étudierons ici les plats les plus locaux et spécifiques à Pertevue.

Note : N’oubliez pas de découper et de préparer le crabe à l’avance. C’est très simple, il vous suffit de lui enlever la carapace. Et de lui couper le bec. Puis, de couper le reste en morceau en faisant bien attention à enlever la glande salivaire.

Le crabe au bouillon :

Plongez vos morceaux de viandes dans une grande marmite pleine d’eau. Posez la sur un feu de bois. La cuisson durera ainsi une heure. Et tout le long de cette heure, rajoutez dans cet ordre précis :
-De la bave de Kwama
-De la fleur de roche
-De la fougère
-Et enfin, du sucre de lune

Servez ça dans des bols, et n’oubliez pas de touiller régulièrement la mixture. Bon appétit !



Le crabe au Kwama :

Prenez un crabe entier. Enlevez sa carapace, son bec, et sa glande salivaire. Percez un trou au milieu du ventre de l’animal. Farcissez l’intérieur avec :

-De la bave de kwama
-Des œufs préalablement broyés de Kwama
-De la girolle virulente
-Du sel de givre (Facultatif)
-De la gelée de Scrib

Faites cuire au four durant environ une demi-heure. A servir chaux.

Note : Attention, c’est un peu épicé…

SimRack

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques recettes de cuisine...

Message par OraNN le Dim 24 Juin - 13:58

Excelent, j'adore la chasse du crabe au lasso! Laughing
En fait, pour plus de clarté dans le forum, je pense que tu devrais mettre tes propositions de livres dans la partie Bibliothèque de Lindyl, comme ça, tous les livres seront regroupés au même endroit, et ce sera plus simple pour moi et pour les correcteurs d'orthographe (merci Tiaremoana au passage Wink ) qui passent sur le forum.

_________________
OraNN
OraNN
Admin

Nombre de messages : 1808
Age : 33
Localisation : Un peu partout dans l'Archipel !
Date d'inscription : 16/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://pertevue.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques recettes de cuisine...

Message par SimRack le Dim 24 Juin - 14:08

Merci. ^^ Je doit admettre que je me suis bien amusé à imaginer ces façons de chasser le crabe. lol

Et à l'avenir, d'accord, je posterais mes livres dans la bibliotèque de Lindyl. Pour ce topic j'en recrée un là-bas ou vous pouvez le déplacer?

Et le topic des dialogues on le laisse là où il est?

SimRack

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 23/06/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques recettes de cuisine...

Message par OraNN le Ven 29 Juin - 10:31

Voila, c'est bien ranger dans la Bibliothèque de Lindyl à présent! Et je sens que les habitants de l'Archipel vont aimer l'avoir chez eux près de leurs fourneaux! Razz

_________________
OraNN
OraNN
Admin

Nombre de messages : 1808
Age : 33
Localisation : Un peu partout dans l'Archipel !
Date d'inscription : 16/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://pertevue.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

kikou c'est moi

Message par tiaremoana le Mer 4 Juil - 6:24

Chalut tout le monde,

merci d'avoir rangé OraNN, je vais pouvoir continuer mes corrections ; il y a très peu de fautes dans les écrits de SimRack, mais je voudrais être certain de pouvoir les corriger sans souci d'ego ; ce sont plus des fautes de frappe je pense étant donné la quelité de son écriture et de son orthographe.

Voili voilou, dès que j'ai le feu vert je m'y colle.

Content de voir que ton équipe s'étoffe OraNN ; celà met du baume au coeur non?

A bientôt
tiaremoana
tiaremoana

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques recettes de cuisine...

Message par OraNN le Mer 4 Juil - 10:08

Tu as mon feu vert ^^ Je ne sais pas si SimRack y verra un inconvénient.

En tout cas, ça fait plaisir de voir des gens motivés! Merci à tout le monde. Et avec les vacances, même si je travaille, j'ai plus de temps à consacrer au mod donc c'est cool ^^

_________________
OraNN
OraNN
Admin

Nombre de messages : 1808
Age : 33
Localisation : Un peu partout dans l'Archipel !
Date d'inscription : 16/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://pertevue.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques recettes de cuisine...

Message par tiaremoana le Mer 5 Sep - 6:51

correction :


LES RECETTES D'APICIUS Tome 1: Les propriétés gustatives du crabe des Marais.




Dans cet ouvrage, nous allons étudier la qualité gustative du crabe des marais. Comme vous le savez, le crabe des marais, appelé aussi « crabe tortue », est l’un des animaux les plus rencontrés sur nos côtes. Il est donc évident qu’il fasse partie des animaux généralement cuisinés. D’autant plus que sa chasse, pour ne pas dire sa cueillette, est enfantine.


I/ Comment se procurer leur chair :

Il existe deux méthodes principales pour y parvenir, et chacune a ses défauts, et ses avantages.

La première, la préférée des étrangers et des bourgeois, l’achat. En effet, sur le marché, il n’est guère difficile, et pour un prix modique, de trouver son bonheur dans toutes les cités. Mais alors, me diriez vous quels sont les défauts de cette méthode ? Le premier est le manque de choix frappant. A moins de connaître un marchand de bonne facture, il est très difficile de pouvoir choisir soi même l’espèce de son crabe (Voir chap. ci-dessous pour plus d’informations), et encore plus de savoir avec exactitude la provenance de son produit. Il peut-être ainsi risqué d’acheter de la sorte un produit de consommation à l’aveuglette. Sans rien connaître de son histoire. Le deuxième défaut de cette méthode est la qualité de la chair. Les crabes achetés ne sont jamais frais, où très rarement en tout cas. Et là, c’est le plus gênant. Car une viande qui n’est pas fraîche peut perdre jusqu’à la moitié de sa saveur ! Rendant sa dégustation totalement indigne de quiconque voudrait manger des produits de qualité.

La seconde, beaucoup plus contraignante, offre cependant de nombreux avantages. C’est la récupération, soi-même, en pleine nature. Ne vous imaginez pas cependant afronter des difficultés insurmontables : non, loin de là ! la chasse des crabes des marais est quelque chose qui s’apprend et qui n’est pas vraiment difficile pour peu que l’on ait un peu de volonté. Et sa pratique est très valorisante ! Autant par la fierté d’en attraper un plus imposant que son voisin, que par tous les avantages que cette technique possède. D’abord, vous aurez des produis très frais, et vous vous en doutez, un crabe attrapé seulement quelques heures plus tôt a une saveur incomparable à tous ceux que les marchands pourront vous procurer. Deuxièmement, vous avez ainsi une totale liberté de choix de vos produits, en taille, en nombre, en habitat. Le choix est vaste. Et vous savez ainsi d’où vient votre repas, et ça, c’est un gage de sécurité.

Mais bon, vous vous en doutez, pour les attraper, il faut un minimum de technique, et c’est pourquoi je vais m’appliquer dans le chapitre suivant à vous apprendre les bases de cette pratique passionnante et enrichissante.

II/ La chasse du crabe des marais :

Il existe de nombreuses méthodes d’abattage ou de capture des crabes, qui font de ce sport un art véritable. Pour ne pas écrire des centaines de pages, je ne vais consigner ici que les plus connues et les plus efficaces. Ce chapitre sera lui-même divisé en sous-chapitres, qui détailleront les étapes d’une bonne partie de chasse/pêche.


- Le matériel
Suivant la méthode que vous utiliserez, le matériel ne sera pas forcément le même, mais il y a tout de même quelques outils de base à avoir toujours sur soi.

Un couteau : Cela pourra vous servir à achever les bêtes blessées, couper des cordages ou des branches, fabriquer des pièges sur place ou à bien d’autres utilités encore.

Une arme : Bien sur, théoriquement, il n’y a pas de danger, seulement, dès que l’on sort des villes ou des villages, on n’est jamais trop prudent. D’autant plus que si un crabe est blessé, il peut vous faire mal avec ses pinces.

Un filet : Extrême utile, il pourra vous servir si jamais vous décidez de les pêcher directement dans l’eau.

De la corde : Très utile également pour fabriquer des pièges, où pour attraper les crabes au lasso.

Un bateau : Il vous serait possible d’aller les pêcher sur le bord en allant vous même dans l’eau. Mais ce n’est pas recommandé, car toute la faune marine n’est pas forcément très accueillante… Au pire, il existe de nombreuses personnes prêtes à prêter leur barque en échange d’un peu d’argent.

Des vêtements de rechanges : Les crabes vivent principalement près de l’eau, il serait donc utile de prendre des habits secs sur vous, que vous cacherez quelques part sur le bord.

- Les techniques de Chasse
Il existe plusieurs techniques pour abattre les crabes à même le sol. De la plus simple à la plus complexe :

La première consiste à leur tirer dessus avec un arc. Enfantin me diriez vous, seulement, ce n’est pas si simple. D’abord, il vous faut être assez habile à l’arc, car on ne tue pas une bête en tirant à trois mètre d’elle. Et ensuite, il faut faire attention à tirer sur le ventre de l’animal. Si vous touchez la carapace, vous ne feriez que l’énerver, sans aucunement lui faire de mal. De plus il vous faudra déployer énormément d’efforts à ne pas vous faire repérer à l’avance par vos proies, sinon elles s’enfonceront dans le sable, ne laissant à la surface que leur carapace, les rendant impossible à tuer à distance !

La seconde consiste à le tuer avec une arme de corps à corps. Seulement, là encore, il y a des difficultés, car les crabes possèdent un bec, qui, tel une pince saillante pourrait vous trancher la main. Ne vous y risquez pas si vous n’avez pas d’expérience dans la maîtrise de votre arme.

La troisième consiste à utiliser votre corde. Si vous êtes habiles, vous pouvez lui coincer le bec avec un lasso. Le rendant ainsi inoffensif. Vous n’aurez plus qu’à l’achever au couteau, en lui tranchant le ventre, de la queue, jusqu’à la base de sa pince.

La dernière méthode, est la plus complexe. Mais aussi la plus efficace si on la maîtrise. Cela fonctionne avec un système d’appât. Prenez une boule de terre malaxée. Et imbibez la de vase des marais dont raffolent les crabes. Mais, et c’est là le piège, plantez à l’intérieur de cet appas des morceaux de métal aiguisés (qui pourront resservir par la suite). Posez le tout sur un banc de sable, au bord de l’eau. Attendez un peu, le temps sera court avant qu’un crabe, attiré par l’odeur alléchante du plancton moisi, vienne dévorer gloutonnement son repas avant de mourir, l’œsophage transpercé par l’acier. Vous n’aurez plus qu’à lui ouvrir la gorge, sortir vos bouts de métal, et ramener votre souper à la maison !


III/ Les Subtilités régionales :

Et oui ! On ne le croirait pas, mais pourtant, il existe plusieurs races de crabe des marais, où plutôt plusieurs saveurs, suivant le lieu d’habitat de l’animal. Nous allons dans ce chapitre étudier ces différences.


Tout d’abord, le crabe le plus fréquent, celui de la côte de la mélancolie. Nous avons tous le souvenir d’une de nos balades, lorsque nous avons vu pour la première fois une belle coquille noire dépassant d’une marre vaseuse, et bien c’est de ce type de crabe là que nous parlons. Les avis sont partagés sur la qualité de sa chair. De l’avis des spécialistes, tout dépend de sa cuisson. En effet, les crabes de la côte de la mélancolie, par leur environnement, se nourrissent de larves, d’insectes, de poissons, mais aussi de vase et de plancton. Et c’est là le problème, car d’aucun vous diront que le goût de végétal en décompositions n’est pas le meilleur. C’est là que la cuisson intervient, si on fait cuire le crabe à feu doux, et durant une période d’environ deux jours, alors, toute la vase aura eut le temps de s’évaporer. Dans le cas contraire, alors, le plancton s’incrustera dans la chair, et un affreux goût amer l’infestera, rendant la dégustation impossible, à moins de faire passer le tout avec un bon cognac de cru. Cette petite particularité explique pourquoi les étrangers, n’y connaissant pas grand chose, préfèrent importer des crabes venus de terres moins marécageuses, alors que s’ils s’intéressait un peu à la culture locale, ils s’apercevraient rapidement que le plus fin des crabes, reste celui de la côte de la mélancolie, à condition qu’il soit préparé correctement, et c’est bien là le plus difficile.

Une seconde espèce de crabe, est celle de la côte d’Azura. Là bas, les crabes tortues sont dans les conditions idéales pour produire une viande de qualité. Le soleil, des plantes vertes, des champignons, et une eau pure. Et ça se sent ! Si il devait y avoir un concurrent aux crabes de la côte de la mélancolie, ce serait bien celui de la côte d’Azura. Frais, gonflé d’eau, et aux saveurs exotiques, il possède des qualités gustatives certaines. Un autre de ses avantages est son fumet. En effet, ces crabes là, qui vivent au milieu de champignons, se frottent régulièrement contre ces derniers pour faire partir les insectes qui se collent à leur carapace. Cet instinct naturel imprègne leur peau de l’odeur des champignons. Et, à la cuisson, cette odeur se dégage sous la forme d’un fumet délicieux pour les narines et excellent contre le rhume.

Vous l’aurez peut-être deviné, à cause des crabes de la côte d’Azura et des crabes de la côte de la mélancolie, un grand duel opposant les spécialistes a éclaté pour savoir laquelle des deux espèces est la plus savoureuses. Ce n’est pas notre affaire, mais sachez en tout cas que si vous voulez devenir cuisinier en Pertevue, il vous faudra être au courant de cette affaire, sous peine de ne pas satisfaire les clients des deux camps.

Il existe enfin, beaucoup d’autres espèces de crabes, car ils vivent tout le long de la côte de Vardenfell. Mais on ne retiendra que celles déjà vue ci-dessus, car les autres, mineures, n’ont que de fades propriétés gustatives, et ne présentent donc qu’un très faible intérêt.

Voilà ! C’est fini pour ce deuxième chapitre. J’espère que vous l’avez lu attentivement, car même s’il paraît peut important, il faudra toutefois prendre compte ces particularités à chaque fois que vous voudrez cuisiner.

IV/ Les recettes :

Il existe de nombreuses façons de faire cuire un crabe, accompagné ou non par des légumes. Les possibilités sont énormes, et nous étudierons ici les plats locaux spécifiques à Pertevue.

Note : N’oubliez pas de découper et de préparer le crabe à l’avance. C’est très simple, il suffit de lui enlever la carapace, de lui couper le bec et enfin de couper le reste en morceaux en faisant bien attention à enlever la glande salivaire.

Le crabe au bouillon :

Plongez vos morceaux de crabes dans une grande marmite pleine d’eau. Posez la sur un feu de bois. La cuisson durera ainsi une heure. Et tout le long de cette cuisson, rajoutez dans cet ordre précis :
-De la bave de Kwama
-De la fleur de roche
-De la fougère
-Et enfin, du sucre de lune

Servez ça dans des bols, et n’oubliez pas de touiller régulièrement la mixture. Bon appétit !


Le crabe au Kwama :

Prenez un crabe entier. Enlevez sa carapace, son bec, et sa glande salivaire. Percez un trou au milieu du ventre de l’animal. Farcissez l’intérieur avec :

-De la bave de kwama
-Des œufs de Kwama préalablement broyés
-De la girolle virulente
-Du sel de givre (Facultatif)
-De la gelée de Scrib

Faites cuire au four durant environ une demi-heure. A servir chaud.

Note : Attention, c’est un peu épicé…




tiaremoana
tiaremoana

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quelques recettes de cuisine...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum