[Livre] La monnaie chez les Wyrmers

Aller en bas

[Livre] La monnaie chez les Wyrmers

Message par OraNN le Lun 17 Avr - 16:55

La monnaie chez les Wyrmers

Par Stab Valènopso

On ne pourrait négliger aujourd'hui l'importance de la monnaie dans les échanges de la vie quotidienne, que ce soit à Quiteterre, dans les villages où ailleurs. Les petites piécettes sont dans toutes les mains et dans toutes les poches. Elle représente bien évidemment la richesse de chacun mais également la façon dont est considérée la richesse. En effet, de nos jours, l'important est de posséder du numéraire. Les activités des wyrmers n'étant pas principalement le travail de la terre (développement de l'artisanat, du commerce, et surtout de l'extraction et du travail de la férine), la possession terrienne n'est pas la source principale de richesse. Qu'en était t-il auparavant? Qu'elle était la conception de la richesse avant la venue des impériaux? Qu'en était t-il de la monnaie avant l'arrivée même des nordiques?

Cette dernière question semble au premier abord simple à résoudre: la monnaie n'existait pas, du moins pas au sens où nous l'entendons aujourd'hui. Cette réponse simple soulève par contre de nombreux problèmes. Tout d'abord celui de la conception de la richesse. Il est bien évident que cette idée existait déjà à l'époque, de part la division et l'organisation hiérarchique de la société. Les différences entre les nobles des villages et les simples wyrmers étaient forcément apparentes. La richesse était t-elle seulement liée au statut? Aujourd'hui, une des principales sources de richesse pour le peuple wyrmer dans son ensemble est le commerce avec les impériaux, fortement demandeurs de férine et d'objets artisanaux. Or le commerce des temps pré-quiterriens était beaucoup moins important car les échanges entre village étaient loin d'être aussi nombreux. Il n'existait pas à proprement parler de marchands qui vivaient de leurs ventes. Les nobles, quant à eux, tiraient leurs ressources des différents impôts et de dons qu'ils recevaient de la population. Ces dons étaient par conséquent en nature (nourriture, objets...). La richesse devait donc être assimilée à l'ensemble des biens (et non pas des terres car les nobles n'étaient pas des propriétaires terriens) particulièrement les objets en terre cuite, ustensiles et autres. Le troc était alors forcément de mise mais la difficulté restait pour se fournir différents objets: comment savoir combien de cruches vaut une canne à pêche? Les Wyrmers ont donc dû établir une sorte d'étalon sur lequel se référer. Il s'agit probablement de bout de métal d'un certain poids. Attention, il ne s'agit pas de pièces d'un poids régulier avec des types frappés dessus. Il devait s'agir de tiges ou de lames de métal, dont on devait peser le poids avant chaque transaction. On a retrouvé, parmi les offrandes déposées dans les premiers temps de l'existence des Tombeaux, de ces sortes de barres métaliques. Ces barres étaient d'ailleurs toutes en férine. Ailleurs dans Tamriel, ces bouts de férine auraient eu une valeur considérable mais, sur Kédizis, ils n'avaient pas une grande valeur, que l'on pourrait aujourd'hui comparer à la valeur de monnaie de bronze. On peut donc imaginer un système ambivalent avec, d'une part pour les petits échanges, l'utilisation de ces barres de férine et, d'autre part, pour les gros échanges, l'utilisation d'objets artisanaux de valeurs (comme pour le paiement des taxes). L'arrivée des Nordiques a fortement bouleversé ce système.

On sait quelle fut l'importance du choc de la civilation nordique et wyrmer et les conséquences innombrables qu'elle a eu sur la façon pour les wyrmers de percevoir le monde. La démonstration la plus frappante encore aujourd'hui fut la construction de Quiteterre et la mise en place d'une monarchie élective. Les aspects militaires sont également très importants puisqu'ils concernent l'évolution de la notion de richesse et l'évolution de la monnaie. En effet, la guerre a entraîné la production plus importante d'armes et d'armures en férine ainsi que le nécessaire paiement des soldats. Ce sont les nobles qui se sont chargés de payer les wyrmers et on peut très bien imaginer qu'ils ne pouvaient se fournir indéfiniment en poteries. Ils ont donc, à ce moment là, produit en masse ces barres de férine, en les produisant de manière régulière. Chaque barre devait correspondre à la valeur nécessaire pour compenser une journée de travail qu'ils n'avaient pu effectuer dans leur village (pêche, culture des céréales, artisanat...). Cela à introduit, même si ce fut pendant une courte durée, une nouvelle échelle de valeur et surtout, un grand nombre de barres métaliques, toutes du même poids et toutes de la même taille. On a retrouvé d'ailleurs sur les barres trouvées dans les Tombeaux, des poinçons, qui certifient le poids, pour éviter d'avoir à perdre du temps lors des différentes mesures de poids. Ce procédé à considérablement diminué la pratique courante de la division de la barre de métal pour en obtenir les différents poids pour les achats. Les wyrmers se sont mis à utiliser pour de nombreux échanges les barres telles quelles, avec le poinçon, même après la guerre. La construction de Quiteterre a été également lourde de conséquences, un roi s'y étant installé. Ce roi était l'émanation des nobles et ceux-ci se sont mis d'accord pour définir le même poids pour les barres. Cela n'a pas été bien difficile car tous les wyrmers avaient à peu près la même conception de la richesse. La fonction de solét s'est donc montrée garante du poid constant de ces bouts métaliques poinçonnés que l'on a pas tardé à appeller Kézis. Quiteterre s'est également vite montrée à la hauteur de son rang de capitale en accueillant la plupart des activités artisanales, auparavant dispersées, ce qui a considérablement augmenté le nombre d'échanges commerciaux entre les villages et ce qui a conforté le rôle prédominant des Kézis. Pour les petites sommes, les Kézis ont été divisé en douze parts égales: les elms. Bref, en l'espace d'une génération, le système ultérieur de troc à base d'artisanat ou les échanges réduits avec des bouts irréguliers de férine a été remplacé par le système des Kézis, beaucoup plus adapté à l'évolution de la société et de l'économie des wyrmers.

La dernière évolution de taille a eu lieu avec l'arrivée des impériaux. En effet, dans tout l'Empire, le système des septims est plus ou moins généralisé. Les Impériaux sont donc arrivés avec cette monnaie et ont été extrèmement surpris par la richesse du peuple wyrmer: ils utilisaient comme monnaie de base un métal extrèmement rare pour eux, la férine. Dès les premiers accords passés, le commerce de ce minerai est au coeur des tractations et cela boulverse le système de valeur des Kézis. En effet, à partir de cette époque, leur valeur est supérieure si les wyrmers la vende en tant que telle. Ils obtiennent des septims dont la valeur totale à Lindyl est largement supérieure à la valeur de leur Kézis à Quiteterre. Cette situation a posé de grands problèmes aux débuts de la cohabitation des wyrmers et des marchands, car les wyrmers se sont souvent faits escroquer, sous-estimant la valeur marchande de leur férine. De même, au fur et à mesure des échanges, le nombre de Kézis a diminué, la monnaie étant échangée aux impériaux qui la refondait. L'économie wyrmer s'est donc peu à peu convertie aux septims jusqu'à la situation d'aujourd"hui où les wyrmers ont abandonné de fait leur indépendance monétaire. La production de férine sert uniquement soit à l'exportation, soit à la fabrication d'objets, armes etc... Mais plus personne ne songe à la fabrication de Kézis et la monnaie des wyrmers ne sert aujourd'hui que de monnaie de compte dans les rapports officiels de la monarchie et du centre de commerce wyrmer.
avatar
OraNN
Admin

Nombre de messages : 1808
Age : 33
Localisation : Un peu partout dans l'Archipel !
Date d'inscription : 16/04/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://pertevue.bb-fr.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Livre] La monnaie chez les Wyrmers

Message par tiaremoana le Jeu 4 Mai - 15:38

il est passé par ici ...

La monnaie chez les Wyrmers

Par Stab Valènopso

On ne pourrait négliger aujourd'hui l'importance de la monnaie dans les échanges de la vie quotidienne, que ce soit à Quiteterre, dans les villages où ailleurs. Les petites piécettes sont dans toutes les mains et dans toutes les poches. Elle représente bien évidemment la richesse de chacun mais également la façon dont est considérée la richesse. En effet, de nos jours, l'important est de posséder du numéraire. Les activités des Wyrmers n'étant pas principalement le travail de la terre (développement de l'artisanat, du commerce, et surtout de l'extraction et du travail de la férine), la possession terrienne n'est pas la source principale de richesse. Qu'en était t-il auparavant? Qu'elle était la conception de la richesse avant la venue des impériaux? Qu'en était t-il de la monnaie avant l'arrivée même des Nordiques?

Cette dernière question semble au premier abord simple à résoudre: la monnaie n'existait pas, du moins pas au sens où nous l'entendons aujourd'hui. Cette réponse simple soulève par contre de nombreux problèmes. Tout d'abord celui de la conception de la richesse. Il est bien évident que cette idée existait déjà à l'époque, de part la division et l'organisation hiérarchique de la société. Les différences entre les nobles des villages et les simples Wyrmers étaient forcément apparentes. La richesse était t-elle seulement liée au statut? Aujourd'hui, une des principales sources de richesse pour le peuple Wyrmer dans son ensemble est le commerce avec les Impériaux, fortement demandeurs de férine et d'objets artisanaux. Or le commerce des temps pré-Quiterriens était beaucoup moins important car les échanges entre village étaient loin d'être aussi nombreux. Il n'existait pas à proprement parler de marchands qui vivaient de leurs ventes. Les nobles, quant à eux, tiraient leurs ressources des différents impôts et de dons qu'ils recevaient de la population. Ces dons étaient par conséquent en nature (nourriture, objets...). La richesse devait donc être assimilée à l'ensemble des biens (et non pas des terres car les nobles n'étaient pas des propriétaires terriens) particulièrement les objets en terre cuite, ustensiles et autres. Le troc était alors forcément de mise mais la difficulté restait pour se fournir différents objets: comment savoir combien de cruches vaut une canne à pêche? Les Wyrmers ont donc dû établir une sorte d'étalon sur lequel se référer. Il s'agit probablement de bout de métal d'un certain poids. Attention, il ne s'agit pas de pièces d'un poids régulier avec des types frappés dessus. Il devait s'agir de tiges ou de lames de métal, dont on devait peser le poids avant chaque transaction. On a retrouvé, parmi les offrandes déposées dans les premiers temps de l'existence des Tombeaux, de ces sortes de barres métalliques. Ces barres étaient d'ailleurs toutes en férine. Ailleurs dans Tamriel, ces bouts de férine auraient eu une valeur considérable mais, sur Kédizis, ils n'avaient pas une grande valeur, que l'on pourrait aujourd'hui comparer à la valeur de monnaie de bronze. On peut donc imaginer un système ambivalent avec, d'une part pour les petits échanges, l'utilisation de ces barres de férine et, d'autre part, pour les gros échanges, l'utilisation d'objets artisanaux de valeurs (comme pour le paiement des taxes). L'arrivée des Nordiques a fortement bouleversé ce système.

On sait quelle fut l'importance du choc des civilisations Nordique et Wyrmer et les conséquences innombrables qu'il a eu sur la façon pour les Wyrmers de percevoir le monde. La démonstration la plus frappante encore aujourd'hui fut la construction de Quiteterre et la mise en place d'une monarchie élective. Les aspects militaires sont également très importants puisqu'ils concernent l'évolution de la notion de richesse et l'évolution de la monnaie. En effet, la guerre a entraîné la production plus importante d'armes et d'armures en férine ainsi que le nécessaire paiement des soldats. Ce sont les nobles qui se sont chargés de payer les Wyrmers et on peut très bien imaginer qu'ils ne pouvaient se fournir indéfiniment en poteries. Ils ont donc, à ce moment là, produit en masse ces barres de férine, en les produisant de manière régulière. Chaque barre devait correspondre à la valeur nécessaire pour compenser une journée de travail qu'ils n'avaient pu effectuer dans leur village (pêche, culture des céréales, artisanat...). Cela a introduit, même si ce fut pendant une courte durée, une nouvelle échelle de valeur et surtout, un grand nombre de barres métalliques, toutes du même poids et toutes de la même taille. On a retrouvé d'ailleurs sur les barres trouvées dans les tombeaux, des poinçons, qui certifient le poids, pour éviter d'avoir à perdre du temps lors des différentes mesures de poids. Ce procédé à considérablement diminué la pratique courante de la division de la barre de métal pour en obtenir les différents poids pour les achats. Les Wyrmers se sont mis à utiliser pour de nombreux échanges les barres telles quelles, avec le poinçon, même après la guerre. La construction de Quiteterre a été également lourde de conséquences, un roi s'y étant installé. Ce roi était l'émanation des nobles et ceux-ci se sont mis d'accord pour définir le même poids pour les barres. Cela n'a pas été bien difficile car tous les Wyrmers avaient à peu près la même conception de la richesse. La fonction de Solét s'est donc montrée garante du poids constant de ces bouts métalliques poinçonnés que l’on n’a pas tardé à appeler Kézis. Quiteterre s'est également vite montrée à la hauteur de son rang de capitale en accueillant la plupart des activités artisanales, auparavant dispersées, ce qui a considérablement augmenté le nombre d'échanges commerciaux entre les villages et ce qui a conforté le rôle prédominant des Kézis. Pour les petites sommes, les Kézis ont été divisé en douze parts égales: les elms. Bref, en l'espace d'une génération, le système ultérieur de troc à base d'artisanat ou les échanges réduits avec des bouts irréguliers de férine a été remplacé par le système des Kézis, beaucoup plus adapté à l'évolution de la société et de l'économie des Wyrmers.

La dernière évolution de taille a eu lieu avec l'arrivée des Impériaux. En effet, dans tout l'Empire, le système des septims est plus ou moins généralisé. Les Impériaux sont donc arrivés avec cette monnaie et ont été extrêmement surpris par la richesse du peuple Wyrmer: ils utilisaient comme monnaie de base un métal extrêmement rare pour eux, la férine. Dès les premiers accords passés, le commerce de ce minerai est au coeur des tractations et cela bouleverse le système de valeur des Kézis. En effet, à partir de cette époque, leur valeur est supérieure si les Wyrmers la vende en tant que telle. Ils obtiennent des septims dont la valeur totale à Lindyl est largement supérieure à la valeur de leur Kézis à Quiteterre. Cette situation a posé de grands problèmes aux débuts de la cohabitation des Wyrmers et des marchands, car les Wyrmers se sont souvent fait escroquer, sous-estimant la valeur marchande de leur férine. De même, au fur et à mesure des échanges, le nombre de Kézis a diminué, la monnaie étant échangée aux Impériaux qui la refondait. L'économie Wyrmer s'est donc peu à peu convertie aux septims jusqu'à la situation d'aujourd'hui où les Wyrmers ont abandonné de fait leur indépendance monétaire. La production de férine sert uniquement soit à l'exportation, soit à la fabrication d'objets, armes etc... Mais plus personne ne songe à la fabrication de Kézis et la monnaie des Wyrmers ne sert aujourd'hui que de monnaie de compte dans les rapports officiels de la monarchie et du centre de commerce Wyrmer.
avatar
tiaremoana

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/05/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum